Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Actualités
27
Mai
2014
Notation financière: SCR s’adosse au reclassement du Trésor
  • Standard & Poor’s relève la perspective du réassureur
  • Le risque financier, élevé mais reste raisonnable
  • Fitch Ratings renouvelle son soutien au Maroc

               

Standard and Poor’s se montre plus optimiste sur l’avenir économique du pays. Le réajustement de la perspective de la  signature du Trésor, passée de négative à stable, a enclenché une réaction en chaîne sur les entreprises qui sont sous le pavillon de l’Etat. Après l’OCP, c’est au tour de la Société centrale de réassurance (SCR) de voir sa perspective relevée. La solidité financière ainsi que le crédit de contrepartie de la compagnie lui ont permis de préserver son investment grade. A savoir que l’Etat soutient le réassureur national par un accord d’absorption des pertes. «Nous considérons que la SCR est une entité liée au gouvernement. Ce rating reflète ainsi notre avis sur la compagnie qui peut compter sur l'appui du gouvernement en cas de détresse financière», explique l’agence de notation. Les inquiétudes de l’agence américaine semblent se dissiper face aux efforts du gouvernement à réduire son déficit budgétaire. Il est passé de 7,3% du PIB en 2012 à 5,4% en 2013. Pour les analystes, les prix élevés du pétrole et une zone euro affaiblie par la crise ont conduit à une forte dégradation des déficits jumeaux du pays. La dégradation aurait pu devenir plus importante sans la mise en place de la réforme fiscale ou la bonne performance des nouveaux secteurs d’exportation (automobile, aéronautique…). D’ailleurs, S&P s’attend à un déficit public de 5,2% du PIB à fin 2014. Il continuerait à se rétrécir à 4% d’ici 2017. Le déficit du compte courant connaît lui aussi une amélioration. Atteignant les 7,5% du PIB en 2013, il pourrait s’établir à 6,2% du PIB cette année, en raison d’une forte croissance des exportations.
Les perspectives de la SCR ont été motivées par un niveau risque-pays modéré combiné à un risque financier quelque peu élevé, mais raisonnable. De plus, l’agence s’attend à ce que le groupe témoigne sur le long terme d'une croissance maîtrisée de son activité, conjuguée à une solide performance technique.
De même, S&P espère que le lien intégral établi entre le réassureur national et le gouvernement reste inchangé au cours des deux prochaines années. Dans ce sens, l’agence met en garde les autorités marocaines que  tout changement de la note à long terme en devise locale serait susceptible de déclencher un changement immédiat et similaire dans les notes à long terme de la SCR.

Fitch soutient les performances du Maroc

Le Maroc a les faveurs de Fitch Ratings qui souligne dans sa dernière étude les performances économiques ayant permis au pays d'obtenir la note BBB-. Et cela, grâce au succès des autorités à mettre en œuvre des réformes «potentiellement difficiles», à l’image de la réforme de la décompensation.
La stabilité du pays a été un des principaux atouts pour l’attractivité touristique. En 2013, le Maroc a pu relever le défi d’atteindre la barre des 10 millions d’entrées. L’amélioration des IDE a également fait pencher la balance en faveur du Maroc. En revanche, les analystes ne manquent pas de souligner le ralentissement des activités du secteur non agricole (3,1% en 2013 contre 4% auparavant).

A. Lo – L’ECONOMISTE - Édition N° 4284 du 2014/05/27