Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Actualités
16
Juin
2014
Assurance maladie / La facture plombe les multinationales

Une hausse de 8,3% en 2014, selon une enquête de Towers Watson

Les méthodes des assureurs passées au crible

La tentation de «prestations de conforts» alourdit la facture

    

Le coût des régimes de santé va crescendo. Ce sont les régions d’Asie-Pacifique, du Moyen-Orient, d’Afrique et des Amériques (hormis Etats-Unis) qui sont les plus touchées.

Pas de répit pour les salariés. Le coût des régimes de santé connaîtra une hausse de 8,3% en 2014. Ce sont les régions d’Asie-Pacifique, du Moyen-Orient, d’Afrique et des Amériques (hormis Etats-Unis) qui sont les plus touchées, selon une enquête du cabinet de conseil mondial Towers Watson sur l’évolution des coûts de la santé, citée par Les Echos France.
Il en ressort que les hausses sont supérieures d’un à deux points à la moyenne mondiale. En Europe, les experts prévoient une augmentation de 5,4%. Plusieurs raisons sont avancées: la rude concurrence et les contraintes de gestion des coûts des sociétés. «Globalement, les coûts de santé sont en hausse presque dans toutes les régions», relève François Cheynet, directeur de l’activité internationale de Towers Watson France. Ils dépassent même l’inflation. Cette situation inquiète les employeurs au moment où les assureurs s’attendent à d’autres hausses dans les années à venir. L’enquête réalisée auprès de 173 groupes d’assurance privée de santé montre que «pour plus d’un assureur privé sur deux les taux d’évolution des coûts médicaux seront plus élevés dans les trois prochaines années». Ils sont de plus nombreux (78%) à s’inquiéter de certaines prestations des professionnels de la santé, qualifiées de «superflues» imputées à une «consommation de soins inadaptés et aux mauvaises habitudes de santé des assurés». Les assureurs font savoir aussi que pour maîtriser les coûts, plusieurs initiatives deviennent plus courantes telles que «le recours à des réseaux de prestataires et l’approbation préalable pour les hospitalisations». De plus, des limites sont imposées à certaines prestations par de nombreux assureurs. Il suffit de plafonner le montant des remboursements! D’autres constats se dégagent de l’étude. Les assureurs ont recours aussi à des «promotions de santé» via un partenaire ou directement.  Ils proposent de surcroît le «dépistage biométrique et la sensibilisation à la santé et aux modes de vie». Pour les experts de Towers Watson, une «homogénéité a été observée dans les maladies à l’origine des demandes de remboursement».  Au niveau mondial, les facteurs les plus mentionnés sont les risques cardiovasculaires et les cancers. A cela s’ajoutent les problèmes respiratoires, musculo-squelettiques et de santé mentale. 

F. Z. T. – L’ECONOMISTE - Édition N° 4298 du 2014/06/16