Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Actualités
20
Juin
2014
Système de protection sociale / Vers l'intégration des indépendants

Le Maroc a réalisé une avancée importante par le biais de l'adhésion de plusieurs catégories aux couvertures médicale et sociale.

«Le gouvernement envisage d'intégrer prochainement les catégories indépendantes dans le système de protection sociale», selon Abdeslam Seddiki, ministre de l'Emploi et des Affaires sociales

Le gouvernement entamera, prochainement, l'intégration de toutes les catégories indépendantes dans le système de protection sociale, a annoncé, jeudi à Rabat, le ministre de l'Emploi et des Affaires sociales, Abdeslam Seddiki.

Intervenant lors d'une journée d'étude sous le thème «Le système de protection sociale entre difficulté d'application et perspectives et défis de l'élargissement», organisée par le groupe fédéral pour l'Unité et la Démocratie à la Chambre des conseillers, le ministre a précisé qu'une réunion est prévue en ce sens la semaine prochaine, soulignant que cette opération concernerait «plusieurs centaines de milliers de personnes».

Le gouvernement veillera à mettre en application cette initiative avant la fin de son mandat, a-t-il dit, ajoutant que cette opération permettra au Maroc de porter le taux de couverture sociale de 35% actuellement à 50%. 

Abdeslam Seddiki a mis l'accent sur l'existence d'une volonté commune pour donner un important élan à ce droit qui participe au renforcement de la cohésion sociale et de la protection de la dignité du citoyen.

Concernant la protection sociale, le Maroc, a-t-il rappelé, a réalisé une avancée importantes notamment par le biais de l'adhésion de plusieurs catégories aux couvertures médicale et sociale, ajoutant que le taux de 35% de couverture médicale n'est pas satisfaisant.

Dans une allocution lue en son nom, la ministre de l'Artisanat, de l'Economie sociale et solidaire, Fatema Marouane, a mis en exergue l'intérêt porté par S.M. le Roi Mohammed VI et le gouvernement au volet social notamment la protection sociale qui s'inscrit parmi les grandes priorités économiques et sociales, tout en rappelant les acquis réalisés par le Maroc dans ce domaine.

L'intérêt porté à l'élément humain et son développement constitue la pierre angulaire dans toute politique administrative visant la réalisation du développement économique et social notamment pour le secteur de l'artisanat, a-t-elle ajouté.

Pour sa part, le président de la Chambre des conseillers, Mohamed Cheikh Biadillah, a indiqué que l'initiative nationale pour le développement humain lancée par S.M. le Roi, a attiré l'attention au fait que la précarité et l'exclusion économique ne sont pas une fatalité mais une réalité que l'on peut contrecarrer par de nouveaux mécanismes efficaces, précisant que cette initiative a participé à une grande prise de conscience sociétale quant à l'importance de la protection sociale.

Cette protection, a-t-il dit, concerne à la fois le marché du travail, le chômage, la précarité, le handicap et la vieillesse, relevant que la protection est l'un des piliers du développement durable.

Cheikh Biadillah a, également, mis en avant l'intérêt à l'échelle mondiale à fournir les différentes formes de protection sociale des diverses catégories ainsi que l'important rôle qu'elle joue pour garantir la stabilité, la sécurité et la cohésion sociales. 

Le président du groupe fédéral pour l'Unité et de la démocratie, Mohamed Daidaa, a, de son côté, estimé que la protection sociale est l'une des composantes essentielles du système de la justice sociale, car elle participe à la création de la stabilité sociale et accroît la contribution de la classe ouvrière dans la croissance économique, appelant au lancement de nouvelles initiatives pour réformer les politiques sociales, les efforts entrepris dans ce sens n'ayant pas permis de renforcer le système de protection sociale, selon lui.

Dans un exposé présenté à cette occasion, le directeur général de la Caisse Nationale de sécurité sociale (CNSS), Saïd Ahmidouch, a indiqué que le nombre des actifs non-salariés sans couverture a atteint 5,95 millions de personnes.

Le taux de couverture de l'Assurance Maladie Obligatoire ne dépasse pas 53% et le Ramed y participe avec 18%, la CNSS avec 13%, suivi de la Caisse nationale des Organismes de prévoyance sociale (CNOPS) à hauteur de 9%, alors que le reste des contributions est fourni par les entreprises d'assurance, les mutuelles, les caisses internes et la mutuelle des Forces Armées Royales. 

Publié le : 20 juin 2014 - MAP