Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Actualités
04
Juil
2014
AMO, les médecins n’ont pas droit de cité !!
 

AMO, les médecins n’ont pas droit de cité !!

CNSS

Le Syndicat national des médecins du secteur libéral vient de diffuser l’appel de détresse d’une femme marocaine. Médecin de sa profession, cette marocaine, âgée de 57, est sous le choc. Submergée par un sentiment d’injustice et d’indignité, le médecin en question n’a trouvé d’autres recours que d’adresser un courrier au syndicat, dans lequel elle expose une situation rocambolesque. Opérée d’un cancer du col, ce médecin ne disposant ni de couverture médicale, ni retraite, bénéficiait, grâce à son mari affilié à la  CNSS, de l’AMO. Et quelle ne fut sa surprise, quand elle alla déposer un dossier en début de semaine, de voir un agent de la caisse lui signifier tout simplement que son dossier n’est pas recevable, parce qu’elle est médecin ! «Je ne suis plus la conjointe d’un citoyen affilié à la CNSS, et retraité depuis 7 ans, mais je suis médecin. Je suis pénalisée parce que je suis médecin».

En effet, ils sont nombreux à être dans ce cas ; les médecins, les pharmaciens, les avocats… et bien d’autres professions libérales ne bénéficient d’aucune couverture médicale, d’aucune retraite. Une situation incompréhensible qui a été soulevé par de nombreux médecins dans le passé, mais qui reste telle qu’elle est. Aujourd’hui, ce médecin est également atteinte d’un polype du colon, ce qui nécessite des soins et un suivi réguliers. Or, eu égard à une santé fragilisée, ses revenus sont impactés, et par conséquent, elle n’a aucune visibilité pour l’avenir. «Je suis bouleversée, sidérée (..), un sentiment d’injustice et d’insécurité m’envahit. Que se passera-t-il quand la maladie ne me permettra plus d’exercer ? (…) Je regrette d’avoir pris la décision, il y a 20 ans, de revenir exercer ma noble profession dans pays. Exercer la médecine à Paris me donnait le droit à une couverture médicale, une retraite et une fin de vie dans la dignité».

Faute d’autres recours, aujourd’hui, ce médecin se trouve devant un dilemme : abandonner sa profession pour rester uniquement l’épouse d’un citoyen affilié à la CNSS, et bénéficier de son droit à l’AMO, ou garder sa profession et renoncer à ce droit.

En réalité, il n’y a pas une loi qui dit expressément que les conjoints ou les conjointes qui exercent une profession libérale sont d’office exclus du système, mais dans la pratique, c’est ce qui se passe.

A travers la diffusion de ce cri de détresse, le SNMSL interpelle les décideurs politiques pour prendre en considération le dossier de la couverture médicale des professions libérales.

LO - LNT.ma -