Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Actualités
17
Juil
2014
Assurances: Le secteur porté par la non-vie

La croissance du secteur, moins soutenue que les années précédentes

La réassurance perd du terrain

La profession est en deçà de ses prévisions à cause de la lenteur du déploiement du contrat programme

Le secteur de l’assurance traîne des pieds. La baisse du rythme de croissance a été brutale en 2013. Exit les fortes progressions des années précédentes, les primes émises n’ont augmenté que de 2,71% à 26,7 milliards de DH. Une évolution qui s’est vu freiner par les opérations vie et capitalisation. Celles-ci ont enregistré un volume de 8,6 milliards de DH, en retrait de 2,12% par rapport à l’année dernière. Il faut dire que l’activité pâtit sérieusement de la tension sur les liquidités. A cela s’ajoute, le système de distribution qui se trouve confronté à un réseau bancaire plus axé sur la commercialisation de ses propres produits.


Sur la branche non vie, l’activité a préservé son trend haussier pendant ces trois  dernières années. Les primes ont dépassé la barre des 18 milliards de DH à fin 2013, enregistrant ainsi une hausse de 5,5%.


Concernant la répartition des émissions par branche, l’activité vie et capitalisation, malgré un net recul, reste tout de même en tête des émissions, représentant 32,13% du volume global contre 33,72% en 2012. Les assurances individuelles prédominent la branche vie, en enregistrant 17,88% du montant global (4,7 milliards de DH). Cette catégorie est pourtant sensiblement affectée par l’inflation qui limite la capacité d’épargne chez les ménages.


Du côté de la branche non-vie, l’assurance automobile pèse plus du tiers (31,94%) du chiffre d’affaires global de l’activité, soit 8,5 milliards de DH à fin 2013. Les assurances de personnes (accidents corporels – maladie-maternité) suivent avec une part de 11,54% et enregistrent plus de 3 milliards de DH. Les accidents de travail représentent quant à eux, 8,05% de la branche avec 2,1 milliards de DH drainés en 2013. 


Les provisions techniques brutes des entreprises d’assurances sont portées à 112 milliards de DH à fin 2013 contre 107 milliards l’année précédente, (soit une progression de 4,71%) représentant carrément un huitième du PIB national.


Les produits financiers nets se sont élevés, de leur côté, à 5,7milliards de DH, en hausse de 40,52% par rapport à 2012. Ceux-ci comportent 2 milliards de DH des plus-values sur réalisation de placements nettes, soit une progression de plus de 25% en une année.


A terme, les entreprises d’assurances ont dégagé en 2013 un bénéfice de 3,03 milliards de DH, en quasi-stagnation par rapport à 2012.


Globalement, le secteur reste en deçà de ses prévisions en raison du retard dans la mise en œuvre des mesures du contrat-programme. La profession tablait sur un chiffre d’affaires de plus de 40 milliards de DH à l’horizon 2015. 

La réassurance fléchit

Les compagnies d’assurances assurent moins leurs arrières. Après plusieurs années de stabilité, les primes cédées en réassurance se sont établies à 2,7 milliards de DH en 2013, en recul de 0,65% par rapport à l’année précédente. Celles-ci préservent, par ailleurs, une part de plus de 10% de l’ensemble des émissions. Ces cessions sont portées essentiellement par les opérations d’assurances vie et capitalisation avec 412,89 millions de DH, marquant une évolution de 14,97%. Les opérations d’assurances non vie, quant à elles, se sont établies à 2 milliards de DH.

M.A.B & A.Lo – L’ECONOMISTE - Édition N° 4320 du 2014/07/16