Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Actualités
23
Juil
2014
La multirisque habitation peine à décoller à quelques mois de l’échéance du contrat programme de l’assurance

Le contrat programme 2010-2015 visait un taux de pénétration de 50% de la population urbaine. Le volume des primes émises ne dépasse pas 1% de l’activité globale du secteur. La population est encore peu sensible aux avantages que procure une assurance habitation.

multirisque habitation

A une année et quelques mois de l’échéance du contrat programme de l’assurance 2010-2015, la multirisque habitation, figurant parmi les produits à développer, a encore du mal à décoller. Bien que leur volume ait été multiplié par trois au cours des cinq dernières années, les primes émises au titre de cette assurance ne dépassent pas 250 MDH par an, soit moins de 1% du chiffre d’affaires du secteur, d’après les estimations des opérateurs. «Ce volume reste trop faible et a été alimenté essentiellement par l’exigence des établissements de crédit de la souscription d’une assurance par les demandeurs de financements immobiliers, ainsi que par une légère prise de conscience de la classe moyenne de l’importance de se prémunir contre les risques couverts par ces contrats», explique Tarik Alouajaji, DGA pôle gestion chez Saham Assurance. Abondant dans le même sens, Amine El Kernighi et Ainane Abboudi, respectivement directeur segment particuliers et petites entreprises et directeur stratégie de souscription chez Zurich Assurance soulignent qu’à défaut de rendre la souscription d’une multirisque habitation obligatoire, le produit ne pourra pas décoller. «Aujourd’hui, ce sont les assurances obligatoires qui marchent le plus sur le marché», affirment-ils.

Effectivement, le contrat programme vise à étendre progressivement cette obligation vers la responsabilité civile habitation, à l’instar des pays développés, pour couvrir in fine, soit en 2015, 50% de la population urbaine dans un premier temps. Au vu du taux de pénétration actuel, on est encore loin de cet objectif. Selon la profession, d’autres chantiers du contrat ont été jugés plus stratégiques. «Les dispositions concernant l’assurance habitation ont été reléguées au second plan, et sont de ce fait toujours en cours de discussion», soulignent les responsables de Zurich.

Le déficit d’information complique le placement de ce genre de produits

Du côté de la tutelle, l’on affirme que les travaux portent actuellement sur la définition de l’étendue de la garantie et des personnes devant y être assujetties. «D’autres actions du contrat programme telles que l’instauration de l’obligation d’assurance tous risques chantiers et la responsabilité civile décennale ont été jugées plus prioritaires et sont actuellement à un stade avancé dans leur mise en œuvre», précise Hassan Boubrik, directeur de la Direction des assurances et de la prévoyance sociale.
En attendant, les opérateurs au même titre que la tutelle sont unanimes à rapporter que le déficit d’information de la clientèle sur les avantages de leur police multirisque habitation et la faible sensibilité des propriétaires et des locataires aux risques auxquels est exposée la maison, en raison de la fréquence relativement peu élevée des sinistres, sont les principales entraves à cette assurance. Et quand sa responsabilité est engagée sur des sinistres survenus chez un voisin, le Marocain préfère régler le problème à l’amiable en prenant en charge des frais de réparation, alors qu’il peut être protégé par une assurance. «Plus l’assurance habitation est consommée comme il se doit, c’est-à-dire plus il y a de sinistres et de mises en jeu, plus il y aura de l’engouement des assurés pour souscrire des polices», analysent les directeurs de Zurich assurance. «Les forces de vente notamment le réseau de distribution ont un rôle décisif à ce titre», insistent-ils.

A l’évidence, le secteur devra encore œuvrer pour développer la prise de conscience de la population sur l’importance de la couverture à travers le conseil, la communication ciblée et ponctuelle, et l’activation des dispositions du contrat programme. Pour la tutelle, le taux de pénétration de 50% peut être dépassé à moyen terme, avec l’instauration de l’obligation d’assurance responsabilité civile habitation, en fonction des personnes qui y seront assujetties et surtout de l’efficacité des moyens de contrôle de son respect qui seront mis en œuvre.
 «On va s’acheminer progressivement vers l’adoption de la multirisque habitation dans les 5 ou 6 ans à venir. De plus en plus de personnes investissent lourdement dans des habitations de valeur et veulent assurer leurs biens de la manière la plus verrouillée possible», assurent les responsables de Zurich.

L’assurance habitation est 3 fois plus abordable qu’en Europe

L’offre sur le marché frappe par la diversité des garanties proposées et le niveau des capitaux couverts. De l’avis des professionnels, la multirisque habitation au Maroc est plus développée qu’en Europe, et est 2 à 3 fois moins chère. En règle générale, l’ensemble des compagnies proposent des packages entrée de gamme et d’autres plus élaborés en termes de prestations, en fonction de la population cible. Selon les opérateurs, la majorité des assurés souscrivent la couverture la moins chère, offrant des garanties basiques en plus de quelques couvertures optionnelles. «Les prix de ces couvertures sont compris dans une fourchette de 500 à 2 000 DH», confie Tarik Alouajaji. D’autres opérateurs avancent une fourchette de 300 à 800 DH pour les garanties basiques. La prime dépasse facilement les 20 000 DH pour une police d’assurance personnalisée, notamment celle couvrant des maisons luxueuses. Toutefois, «cette clientèle reste très limitée, voire embryonnaire, chez l’ensemble des compagnies», constate M. Alouajaji.

Naoufel Darif. La Vie éco - 2014-07-23