Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Actualités
22
Juil
2014
La situation financière de la CNOPS est saine... pour le moment

La situation financière actuelle de la Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale (CNOPS) est saine, mais les perspectives s’annoncent plutôt difficiles. C’est ce que font ressortir les états financiers de l'AMO approuvés récemment par le conseil d’administration de la Caisse. Ainsi, les remboursements fournis aux assurés par la Caisse se sont élevés à 1,9 milliard de DH et les paiements aux producteurs de soins dans le cadre du tiers payant ont totalisé 1,5 milliard, soit des dépenses totales de 3,5 milliards en 2013.

S’agissant des cotisations, elles ont atteint 4,4 milliards l'année dernière, contre 4,3 milliards en 2012, en amélioration de 3,13%, selon un communiqué de la CNOPS. L’analyse des cotisations montre que 165.082 personnes (13,4% des assurés) sont au seuil minimal de cotisation (70 DH), alors que 90.525 assurés (7% de l’ensemble des assurés) cotisent dans la limite du plafond arrêté par la réglementation en vigueur (400 DH). Les placements financiers à fin décembre 2013 se sont chiffrés, quant à eux, à 8,4 milliards, dont 941 millions de DH relatifs à la réserve de sécurité, 1,1 milliard destiné à la réserve technique et 6 milliards en tant qu’excédents, ce qui montre, d’après les dirigeants de la Caisse, que la situation financière actuelle de la CNOPS est saine. Le conseil d’administration a également constaté une dégradation tendancielle des indicateurs de l’AMO dans le secteur public. Ainsi, est-il indiqué dans le même communiqué, entre 2012 et 2013, les assurés actifs ont augmenté de 12.713 personnes (+1%) et le nombre des assurés pensionnés a crû de 20.605 personnes (+6%). De ce fait, le taux de couverture des assurés pensionnés par les assurés actifs a enregistré une dégradation tendancielle, passant de 3,81 en 2006 à 2,48 en 2013. Cette dégradation se manifeste au niveau de la couverture des prestations par les cotisations, dont le taux est passé de 65 à 82% entre 2006 et 2013, est-il relevé. En effet, explique la CNOPS, alors que la moyenne de cotisation des assurés a enregistré une hausse de 18% (3.646 DH en 2013 contre 3.100 DH en 2006), la moyenne de consommation de chaque bénéficiaire est passée de 826 à 1.226 DH sur la même période, soit un bond de 48%.

De plus, la caisse fait face à l’impact financier de plusieurs défis qu’elle affronte en 2014 et qui pourront menacer l’avenir de l’AMO pour les générations futures, ont prévenu les responsables de la CNOPS.
Il s’agit notamment, ont-ils précisé, de la révision de quatre tarifs dans le cadre des négociations des conventions nationales (126 MDH par an) et de la revalorisation du dentaire opérée à partir du juillet 2014 estimée à 152 MDH. Ils citent également l’impact négatif de la dernière révision des prix des médicaments sur la CNOPS (47 MDH), ainsi que l’introduction de 32 nouveaux médicaments innovants dans la liste des médicaments remboursables qui se traduira par un impact additionnel de 214 MDH par an.

Et ce n’est pas tout. Les responsables redoutent aussi l’affiliation de 34 établissements publics à l’AMO gérée par la CNOPS. Ceux-ci ont gardé une assurance facultative, sous forme de mutuelles, de caisses internes ou de contrats d’assurance, est-il indiqué. Leur basculement vers l’AMO se traduit par l’accueil de 250.000 nouveaux assurés et un impact de 242 MDH la première année pour la CNOPS. 

21 juillet 2014 - Lahcen Oudoud, LE MATIN