Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Actualités
10
Sept
2014
Vivement l’opérationnalisation de l’IPE !

L’opinion publique s’impatiente sur le dossier de l’indemnité pour perte d’emploi (IPE). Celle-ci devrait être opérationnelle cette fin d’année ou au plus tard début 2015. La Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS) devrait ainsi l’intégrer dans son panier de services. Après plusieurs années de tractations, cette «allocation chômage» va donc enfin entrer en vigueur au Maroc. Selon nos sources à la CNSS, la Caisse est prête pour fournir l’IPE (procédures, systèmes d’information, campagnes de communication…). Même son de cloche auprès de l’Agence nationale de promotion de l’emploi et des compétences (Anapec). Car pour bénéficier de cette indemnité, le salarié doit justifier de 780 jours de cotisation à la Sécurité sociale, dont 260 jours durant l’année qui précède la perte d’emploi, en plus d’être inscrit en tant que demandeur d’emploi auprès de l’Anapec. Rappelons que seuls les salariés affiliés à la CNSS qui ont perdu leur emploi pour des raisons indépendantes de leur volonté peuvent bénéficier de l’IPE. Et ce, pendant une période de 6 mois.

Quid du droit de grève ?

Et si le chantier de l’IPE semble bien avancé, celui de la loi sur le droit de grève marque le pas depuis 2013. C’est que la Confédération patronale entend bien imposer son point de vue. Dans leur démarche, les patrons disent vouloir lutter contre les grèves sauvages qui plombent l’entreprise et l’investissement privé. Mais les centrales syndicales ne l’entendent pas de cette oreille. La position de ces dernières n’a pas changé depuis. Pour elles, le droit de grève est «sacré» et ne peut être remis en cause. 

Publié le : 10 septembre 2014 - Y.B, LE MATIN