Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Actualités
15
Oct
2014
Les retraités MRE de Belgique auront une couverture santé au Maroc

La nouvelle convention de sécurité sociale maroco-belge a été adoptée hier, mardi 14 octobre, en Conseil des ministres. Elle permettra aux retraités de Belgique de bénéficier de l’assurance maladie obligatoire marocaine lorsqu’ils viennent s’installer ou rentrent vivre au Maroc.

Alors que les Pays-Bas mettent tous leurs efforts pour réduire la convention de sécurité sociale qui les lie au Maroc, la Belgique et le Royaume chérifien, à la faveur de l’anniversaire des 50 ans de l’immigration marocaine en Belgique, rénovent et élargissent leur propre convention qui date de 1968. Hier, mardi 14 octobre, le Conseil des ministres a adopté le projet de loi portant approbation de la nouvelle convention signée par les deux parties (mais non encore ratifiée) en février dernier, 3 ans après que les premières discussions aient été entammées.

Grâce à cette nouvelle convention, les pensionnés qui retournent s’installer au Maroc bénéficieront du remboursement des soins de santé. « Les pensionnés qui ont cotisé en Belgique et qui sont retourné s’installer au Maroc, ouvriront désormais un droit à l'assurance maladie marocaine (AMO). Ils seront donc considérés comme les citoyens marocains qui nécessitent des soins médicaux. La partie à charge de l'AMO sera remboursée par l'assurance maladie belge au Maroc. C’est le même principe que nous appliquons dans notre relation avec les pays UE et avec les pays où de telles conventions existent », expliquait, en février dernier, Laurette Onkelinx, la ministre des Affaires sociales et de la Santé publique.

Economiquement avantageux pour le Maroc et la Belgique

Au contraire, jusqu’ici, les Marocains qui avaient travaillé toute leur vie en Belgique et cotisé pour la sécurité sociale belge autant d’année, perdaient toute couverture santé lorsqu’ils décidaient de retourner vivre au Maroc. Aujourd’hui, pour cette raison, des retraités marocains en Belgique renoncent à rentrer passer leurs vieux jours au soleil. Seuls reviennent ceux dont les problèmes de santé ne sont pas trop handicapant et qui peuvent donc rentrer en Belgique à chaque fois qu’ils ont besoin de soins de santé.

Si la nouvelle convention offre réellement de nouveaux droits aux retraités de Belgique, elle n’est pas exempte d’arrières pensées économiques de la part des deux pays. « Le Maroc a intérêt à ce que les retraités reviennent parce qu'ils rapatrient leur pension et la dépense chez lui. La Belgique de son côté s'est ressaisie de ce dossier avec les 50 ans de l'accord de travail belgo-marocain, mais elle y a aussi un intérêt économique : les frais médicaux de ses retraités, même si elle les rembourse, seront moins élevés au Maroc que lorsqu'ils étaient pris en charge par les services de santé belges », signale Jacques Wels, spécialiste de la sociologie du travail, enseignant chercheur à l’Université libre de Bruxelles.

Pour entrer en application, la nouvelle convention doit encore être votée par le Parlement marocain, et publiée au bulletin officiel. Côté belge, elle doit également être ratifiée par les deux Chambres.

Une convention belgo-marocaine de lutte contre la criminalité

Lors du Conseil des ministres, hier, mardi 14 octobre, a également été adoptée, la convention entre le Maroc et la Belgique de lutte contre la criminalité organisée et le terrorisme, signée au même moment que la convention de sécurité sociale. « Chacune des Parties Contractantes s’engage à accorder à l’autre Partie Contractante, la coopération la plus large dans les cas où la lutte contre la criminalité organisée ou le terrorisme nécessite une coopération entre les Parties Contractantes », indique l’article 1 de la convention. Le Maroc et la Belgique pourront s’entraider dans la recherche de criminels ou d’objets volés, leur localisation et la logistique liées aux enquêtes. Les échanges d’informations, d’expériences et la coopération pour la formation professionnelle sont également prévus par l’accord. Comme la convention de sécurité sociale, cette convention doit d’abord être ratifiée par les parlements belges et marocains avant d’entrée en vigueur.

15.10.2014 - Par