Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Actualités
11
Oct
2017
L’assurance croît mais à un rythme modéré
  • 20,7 milliards de DH de primes émises au premier semestre
  • L’automobile, deuxième contributeur après l’assurance vie et capitalisation
primes_assurances_023.jpg

L’automobile, le moteur de l’assurance vie contribue à hauteur de 28,7% au chiffre d’affaires du secteur. Durant ce premier semestre, les primes émises ont augmenté de 3,7%.

Après une année 2016 exceptionnelle, l’assurance revient à un rythme d’évolution «normal» et plus modéré. Au premier semestre 2017, les primes ont progressé de 3,7% contre 19,2% à la même période de l’année dernière, laquelle était marquée par l’externalisation d’une caisse interne du groupe Banque Populaire chez  la mutuelle Taamine Chaabi.  Ce qui avait permis de porter le chiffre d’affaires de cette mutuelle à plus de 2 milliards de DH. A fin juin, cette mutuelle a enregistré un chiffre d’affaires de 1,37 milliard de DH s’accaparant ainsi une part de marché de l’assurance vie de 17% se plaçant juste derrière RMA Assurance (19,8%) et Wafa Assurance (27,4%).

Durant ce premier semestre, les primes émises se sont établies à 20,7 milliards de DH dont 8,1 milliards pour l’assurance vie et capitalisation (+3,8%).  A ce niveau, les assurances individuelles ont atteint 4,1 milliards de DH contre 3,4 milliards l’année dernière, enregistrant une hausse de 19,7%. En revanche, la capitalisation a reculé de 17,8% mais cela est à mettre sur le compte de l’opération exceptionnelle, le transfert d’une caisse interne du groupe Banque Populaire chez  la mutuelle Taamine Chaabi, qui a marqué l’exercice 2016. 

La non vie est sur une croissance de 3,7% contre 5,6% entre les premiers semestres 2015/2016. Le chiffre d’affaires atteint 12,6 milliards de DH avec l’automobile comme principal moteur: de 5,9 milliards de DH de chiffre d’affaires et un taux d’accroissement de 3,9%. Sa contribution au chiffre d’affaires du secteur est de 28,7%, soit juste derrière l’assurance vie et capitalisation. L’automobile n’est plus le premier contributeur au chiffre d’affaires du secteur, une tendance enclenchée depuis l’année dernière.

Sur cette garantie, la concurrence ne joue pas pleinement puisque la libéralisation, en place depuis plusieurs années, n’a pas eu l’effet escompté et elle reste concentrée sur les primes annexes. Cela est dû à la réglementation car si les prix sont libres, les critères de tarification ne le sont pas.  «Nous devons aller plus loin dans la déréglementation en libéralisant les critères de tarification. Il n’est pas raisonnable de les maintenir en l’état», avait déclaré à L’Economiste Hassan Boubrik, président de l’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (cf. L’Economiste N° 5004 du 17/04/2017 ).

Aujourd’hui, la puissance fiscale et le carburant constituent les principaux critères de construction des prix. A l’exception des risques techniques (-47%), toutes le garanties en assurance non vie sont en hausse. Les «accidents corporels» ont pris 8,3%  à plus de 2 milliards de DH alors que l’accident du travail est sur une hausse de 4,2% à 1,4 milliard de DH. Les autres polices d’assurance sont notamment sur des taux d’accroissement de 11,1% pour le crédit-caution, 3,3% pour la RC Générale et une quasi stagnation pour l’incendie.

La branche non vie sera certainement boostée davantage avec la généralisation de la RC décennale et la tout risque chantier. Les textes de lois ont été publiés et les décrets d’application sont quasi-prêts. Ils font l’objet de consultations avec le secteur avant leur validation par le gouvernement.

Khadija MASMOUDI | Edition N°:5123 Le 10/10/2017 - L'ECONOMISTE