Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Actualités
04
Déc
2017
Nous croyons en l’énorme potentiel de croissance à long terme de l’Afrique

Entretien avec Dirk De Nil, Administrateur Directeur Général d'Allianz Maroc.

Conjoncture : Près d’un an après son arrivée, le groupe Allianz est-il satisfait de ses débuts sur le marché marocain ?

Dirk De Nil : Allianz continue sa croissance sur le segment des particuliers et renforce son positionnement sur le marché des entreprises. La compagnie a commencé à développer sa présence sur des segments de marché qu’elle exploitait peu jusque-là, à savoir celui des moyennes entreprises ainsi que la branche santé. En témoigne l’annonce, il y a quelques jours, de la refonte complète de l’offre santé et le lancement du tiers payant, dont les clients d’Allianz pourront bénéficier à compter de 2018.

Quelles sont les ambitions d’Allianz dans ce marché très concurrentiel ? Notre premier défi est de positionner rapidement la marque Allianz sur le marché face à des adversaires de taille, dont la notoriété est déjà installée, et de devenir à terme la référence de l’assurance sur le marché marocain. Notre ambition est de doubler notre chiffre d’affaires à l’horizon 2021. Pour cela, nous allons continuer à développer notre proposition de valeur pour la branche non vie ainsi que de concevoir des offres encore plus attractives, destinées aux particuliers, mais également aux entreprises, quels que soit leur taille et leur domaine d’activité. Notre développement passe aussi par le renforcement de la productivité du réseau existant, l’augmentation de nos capacités de distribution et de notre maillage territorial, ainsi que par le développement de la bancassurance, des partenariats et des canaux de distribution alternatifs. De plus, nous comptons mettre à profit tout le savoir-faire et l’expertise de notre Groupe pour développer la branche vie, tout en proposant des solutions adaptées et accessibles pour notre marché.

Quel regard porte le Groupe Allianz sur le Maroc, par rapport aux autres pays où il est présent ? Le Maroc est un marché prioritaire dans la stratégie d’Allianz en Afrique. Le pays s’est positionné d’emblée comme un hub pour le continent. À partir du Maroc, nous allons créer des synergies et des partages d’expérience entre les différents pays où nous sommes pré- sents. Nous allons également accompagner les clients marocains qui s’exportent ou s’agrandissent en Afrique ou ailleurs, en leur proposant des solutions de protection et d’assurance adaptées à leur taille et à leur activité, tout en leur garantissant une qualité de service supé- rieure, quel que soit le pays africain où le risque se situe.

Allianz est arrivé au Maroc avec aussi des ambitions africaines : quelle est la politique du groupe concernant l’Afrique ? Allianz a une présence historique en Afrique, ce dont nous pouvons être fiers. En effet, le Groupe est présent sur le continent depuis plus de 100 ans. Aujourd’hui, ses filiales sont implantées dans 16 autres pays d’Afrique et il accompagne ses clients dans 38 pays au total. Allianz occupe des positions de leader sur la plupart de ses marchés. Il est par exemple n° 2 en Égypte et parmi les 3 premiers assureurs sur la plupart des marchés d’Afrique de l’Ouest. Nous continuerons d’investir et d’élargir notre empreinte géographique en Afrique, parce que nous croyons en l’énorme potentiel de croissance à long terme de ce continent et plus particulièrement de son secteur de l’assurance. En Afrique, beaucoup de personnes et d’entreprises sont peu ou pas du tout assurées. Allianz propose de leur offrir la protection et la tranquillité d’esprit, grâce aux meilleures solutions d’assurance existantes, ainsi qu’une expertise avérée en matière de souscription et de gestion des risques. Au cours des cinq dernières années, le Groupe s’est développé avec succès sur cinq nouveaux marchés : le Congo Brazzaville, le Ghana, le Kenya, le Maroc et le Nigéria (en attente de l’approbation du régulateur local). 

Propos recueillis par Thomas Brun - Journal Conjoncture de la CFCIM - 29 Novembre 2017