Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Actualités
10
Sep
2018
PLF 2019 : Les agents d’assurances posent leurs revendications sur la table

Le bureau national de l’Union marocaine des agents et courtiers d’assurances (UMAC) fait le forcing, dans l’attente du projet de Loi de Finances 2019.

Elle a ainsi tenu deux réunions avec la Fédération marocaine des sociétés d’assurances et de réassurance (FMSAR), le 20 juin et le 31 juillet 2018.

Lors de ces deux réunions, informe l’Union dans un communiqué, il a été décidé de constituer trois commissions de travail UMAC-FMSAR, autour des sujets suivants :

- La rémunération des intermédiaires d’assurances

- La circulaire et les protocoles des arriérés signés par les intermédiaires

- La déontologie de la profession

«Les membres du bureau national de l’UMAC ont rappelé que l’augmentation de la commission et l’amélioration de la rémunération constituent les principales solutions aux problèmes que vivent au quotidien les intermédiaires d’assurances au Maroc», indique le communiqué, précisant qu’une réunion de la commission chargée du dossier de la rémunération sera programmée très prochainement.

En ce qui concerne l’impact négatif de l’application de la circulaire et des protocoles des arriérés sur la situation financière des intermédiaires et sur leur pérennité, l’UMAC a décidé de saisir officiellement l’ACAPS pour demander de surseoir à l’application de la circulaire qui a présenté ses limites.

Limites parmi lesquelles elle cite l’encaissement des primes qui ne se fait pas au nom des compagnies, le risque impayé des assurés qui reste toujours à la charge de l’intermédiaire ou encore le fait que les compagnies n’avancent pas les fonds pour la gestion des sinistres.

Par ailleurs, l’UMAC va «demander aux compagnies d’assurances de revoir les conditions de protocoles des arriérés en tenant en considération la capacité de remboursement de leurs partenaires, agents et courtiers, et de mettre en place les conditions favorables pour garantir leur performance, leur profitabilité et leur pérennité».

L’Union compte ainsi demander l’intervention de l’ACAPS en sa qualité de régulateur de la profession.

En outre, dans le cadre du projet de Loi de Finances 2019, l’UMAC demande l’exonération de la TVA sur les opérations d’intermédiations en assurances.

Elle adressera à cet effet «une proposition argumentée au gouvernement» au courant de cette semaine.

 

10 Septembre 2018 - LAQUOTIDIENNE

***Autre source***

 

PLF 2019 : Les doléances des intermédiaires d’assurances

Les agents et courtiers d’assurances ont fait leurs revendications pour le Projet de loi de finances 2019 (PLF 2019). Ils ont demandé l’exonération de la TVA sur les opérations d’intermédiations en assurances, lors d'une réunion tenue récemment avec la Fédération marocaine des sociétés d'assurance et de réassurance (FMSAR). Les intermédiaires d'assurances estiment que l’augmentation de la commission et l’amélioration de la rémunération "constituent les principales solutions aux problèmes" auxquels ils font face. Pour rappel, l'Union marocaine des agents et courtiers d'assurances (UMAC) contestait aussi la circulaire de l'ACAPS (le régulateur du marché) relative à l’encaissement des primes, au paiement des sinistres et aux relations entre intermédiaires et compagnies d’assurances et de réassurance. Elle a décidé de saisir le régulateur pour demander de surseoir à l’application de la circulaire qui, selon eux, "a présenté ses limites". Pour l'UMAC, le contenu de cette circulaire "n’était pas appliqué dans sa globalité, il s’est limité au volet de reversement des primes".

L'Union compte par ailleurs demander aux compagnies d’assurances de revoir les conditions de protocoles des arriérés "en tenant en considération de la capacité de remboursement de leurs partenaires, agents et courtiers [...]". A ce sujet, elle sollicitera l’intervention de l’ACAPS et présentera les résultats des négociations avec la FMSAR et le régulateur lors de l’AG prévue en novembre.

L'Economiste| Le 10/09/2018