Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Actualités
05
Oct
2018
Les distributeurs d’assurance se concertent sur l’incertitude de leur avenir

A l’occasion de la 3ème édition de la rencontre annuelle des agents et courtiers d’assurance, organisée par la FNACAM (Fédération nationale des agents et courtiers d’assurance au Maroc), sous la présidence de Khalid Aouzal, de nombreux thèmes d’actualité et d’avenir ont été abordés.

La profession est en pleine mutation, comme souhaitent l’expliquer les « conférenciers » pour ce grand évènement rassembleur. Digitalisation incontournable aux portes de ces prochaines années, fraude à l’assurance maitrisable grâce aux nouvelles technologies, mise en place de l’assurance « catastrophes naturelles pour tous », tels sont les thèmes brûlants abordés par les intervenants de qualité.

 En introduction de cette manifestation, et lors d’échanges parfois passionnés, Hassan Boubrik, Président de l’ACAPS (Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale), invité en guest-Star, s’est prêté avec beaucoup de courage et de transparence au jeu des questions-réponses avec les distributeurs présents, au nombre proche de 300. Des chiffres inquiétants en ressortent. Même si le secteur augmente chaque année dans ses résultats, on remarquera que 2% des distributeurs réalisent 53% des primes encaissées alors que 50% des agents et courtiers ne réalisent que 8 à 9% des chiffres du secteur. Un malaise est présent. Plus que cela encore, 25% des distributeurs ont un volume annuel d’encaissement de prime inférieur à 5 millions de Dhs. Est dénoncée également, par certains de ces professionnels terrain, la concurrence jugée déloyale de la bancassurance qui prend chaque année de plus en plus de part de marché, mais aussi  un manque de déontologie de certains qui sont jugés comme « non-professionnels ».

 

Des thèmes forts abordés :

  • La fraude à l’assurance : Dénoncée par certaines compagnies comme plombant les résultats, elle fut présentée par Younes SAIH, expert en assurances. Ce sujet, de grande actualité, est sous surveillance accrue comme le lait sur le feu. La fraude coûte beaucoup d’argent, d’abord pour l’anticiper, pour la contrer, pour la démasquer, mais aussi pour indemniser des dossiers fictifs, ou faussement aggravés. Que ce soit par opportunité, ou en bande organisée, la fraude fait augmenter le prix des assurances, car les compagnies sont obligées de répercuter la perte occasionnée. Il en ressort qu’à ce jour, grâce aux réseaux sociaux, aux enquêtes techniques, aux entretiens avec les déclarants menés comme des interrogatoires invisibles, la profession est de mieux en mieux armées et peut évaluer le taux de fraude en 2017 aux alentours de  22%.

  • La digitalisation sera incontournable : Là aussi, les chiffres parlent : La branche automobile représente 75 à 80% des résultats techniques globaux des compagnies. Autres chiffres, 2% des ménages marocains sont équipés d’assurances facultatives… L’assurance autre qu’ « automobile obligatoire » ne séduit pas encore. Il est constaté également que le « client assurance » est devenu une personne avertie qui souhaite être maître de ses choix. Ainsi le circuit traditionnel de distribution est amené à évoluer rapidement vers le numérique ou tout digital, afin d’ouvrir de nouvelles parts de marché. Pour accompagner cette transformation digitale, Hassan Boubrik a annoncé officiellement que l’ACAPS passe en tout numérique avec les compagnies et les distributeurs. Tous les échanges seront dorénavant électroniques, allant même à informer que la légalisation de documents n’a plus lieu d’être… Une ovation lui fut répondue en remerciements…

  • L’assurance « Catastrophe naturelle » pour tous : Bachir Badou, DG de la CAT et de la FMSAR (Fédération marocaine des sociétés d’assurance et de réassurances),  a présenté de grandes avancées dans ce domaine. Une couverture catastrophe naturelle « pour tous », avec un plafond par évènement de 3 milliards de Dh, et de 9 milliards par année. Un fonds de solidarité sera également mis en place pour ceux qui n’auraient pu souscrire à cette assurance, mais aussi pour les locataires qui seraient logés ailleurs suite à ce sinistre. La récolte de prime sera lissée dans différents contrats, comme la RC auto, les contrats et garanties facultatives, les RC professionnelles, mais également les contrats incendie et Tous risques chantier…En seront exclus, les contrats d’assurance-vie, de santé, maritime et transport. Une taxe parafiscale, inférieure à 1% sera prélevée sur tous les contrats autres qu’exclus. Le but visé est d’offrir une garantie le plus large possible pour les sinistrés, avec des tarifs économiquement supportables et des franchises raisonnables.

  • D’autres grands chantiers en cours… Au programme de ce grand rassemblement, des débats portant sur la notion de « Risques et Assurances », ou le « Nouveau visage du risque aujourd’hui » permirent des échanges fructueux entre les différents acteurs de la profession, d’autant que certains dirigeants des compagnies d’assurance étaient également présents. Ceci leur permit de se rapprocher encore plus de la base et mieux connaître les attentes de demain…

 

Ph. Khalid Aouzal Président de la FNACAM - Hassan Boubrik Président de l'ACAPS   -  © 2018

Logo du site    05 Octobre 2018 - Rédaction 212assurances.com