Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Actualités
23
Fev
2009
Mutuelles: MCMA et le français MAIF s’allient

L’ accord signé le 20 février

Les sociétaires respectifs traités de manière égale


«Plus de 1.000 sociétaires MAIF sont résidents au Maroc, et beaucoup d’autres traversent la Méditerranée pour s’installer au Maroc de manière prolongée ou définitive», souligne Roger Belot, président de la MAIF (Mutuelle assurance des instituteurs de France. Rien d’étonnant dès lors à ce que cette mutuelle ait cherché à établir un partenariat avec un homologue marocain. C’est maintenant chose faite, avec la signature, le 20 février dernier à Rabat, d’un accord avec la MAMDA/MCMA (Mutuelle agricole marocaine d’assurances/Mutuelle centrale marocaine d’assurances). Celle-ci a inauguré le même jour son site web: www.mamda-mcma.ma. Le deal est clair: orienter les sociétaires de la MAIF vers un acteur mutualiste marocain, qui partage ses valeurs et puisse poursuivre la promotion de son modèle mutualiste. «Le choix de la MCMA s’est vite imposé, car c’est un acteur incontournable du marché local, solide, et capable de fournir des produits adaptés et innovants», ajoute Belot.

Le choix de MCMA ne repose pas que sur ces considérations. En Effet , lorsque le Royaume accède à l’indépendance en 1956, une nouvelle législation locale a conduit la MAIF à cesser ses activités au Maroc, alors qu’elle y était présente depuis 1937. En 1970, Abed Yacoubi Soussane, président de la MAMDA/MCMA, négocie le transfert des ex-sociétaires MAIF vers une entité dédiée, la MAEM (Mutuelle assurance des enseignants au Maroc). «Le nouvel accord de partenariat est donc dans l’ordre des choses», assure-t-on au sein de la mutuelle marocaine. Mais pourquoi avoir attendu aussi longtemps sa conclusion? «L’expression des besoins n’était pas aussi forte avant. A partir du moment où de nombreux sociétaires MAIF ont commencé à acheter des logements au Maroc, c’était une sorte de signal», répond Belot.

Concrètement, lorsqu’un sociétaire MAIF se présentera à la MCMA, il n’y aura pas de transfert de portefeuille. Le nouvel arrivé pourra simplement souscrire, dans les même conditions qu’un sociétaire marocain, aux offres et services proposés par la MCMA. «La qualité proposée par cette dernière est très proche de celle proposée par la MAIF, en plus de partager des valeurs similaires», explique Belot. De la même manière, si un enseignant ou un universitaire marocain adhérents à la MCMA se présentent à un guichet français de la MAIF, ils y seront traités comme des sociétaires locaux. Donc, de part et d’autre, il n’y aura pas de création de contrats ou de services spécifiques.

Selon la direction de la MAIF, celle-ci a d’autres projets de partenariats similaires avec d’autres pays du Maghreb, puisque plusieurs milliers de ses sociétaires y résident. Ceux-ci étant plus nombreux au Maroc, il était normal de lui donner la priorité. A noter que cet accord concerne également Filia MAIF, filiale de la mutuelle française, créée pour ceux qui partagent ces valeurs, mais dont l’activité professionnelle n’est pas liée au corps enseignant.

Carte de visite

La MCMA est une filiale de la MAMDA, créée en 1968. Sa mission: étendre la prise en charge de tous les risques non agricoles et couvrir d’autres catégories professionnelles, tout en promouvant le secteur mutualiste.

Le groupe MAMDA/MCMA a réalisé, en 2008, un CA de 1 milliard de DH, contre 888 millions en 2007, soit une progression de 12,61%. Les fonds propres se sont élevés à 6 milliards de DH. Quant au résultat net consolidé, il a atteint 400 millions de DH, soit 40% du chiffre d’affaires. Les provisions techniques, pour leur part, ont franchi la barre des 5 milliards de DH.

A. B. - L'économiste - Edition du 23/2/2009