Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Actualités
9
Jan
2007
AMO Assurance maladie obligatoire
Assurance maladie obligatoire

La base des remboursements

· Pour chaque Maladie , les traitements les plus adéquats répertoriés

· L’objectif est d’harmoniser la pratique médicale

· Une Convention tripartite sur les référentiels signée hier

L’Assurance maladie obligatoire (AMO) aura ses référentiels de prise en charge médicale. Il s’agit d’un ensemble de recommandations pour le traitement de certaines maladies. L’objectif est de mettre en place, pour chaque type de maladie, un médicament ou un traitement qui soit médicalement efficace, financièrement accessible et socialement acceptable (voir encadré).
Ces référentiels visent ainsi à harmoniser la pratique médicale, à l’instar des pays anglo-saxons, précurseurs en la matière. Ces référentiels, moyens d’améliorer la qualité des soins offerts aux malades, seront la base aussi bien des contrôles médicaux et d’évaluation des soins que des remboursements. La maîtrise des coûts y est de mise. Les modalités d’organisation, et les procédures d’élaboration, d’évaluation et d’actualisation de ces référentiels ont fait l’objet d’une convention signée hier à Rabat entre le ministère de la Santé, l’Agence nationale de l’assurance maladie (ANAM) et la Société marocaine des sociétés médicales (SMSM).
Le ministère de la Santé est ainsi amené à assurer, notamment, le pilotage du processus d’élaboration des référentiels. L’approbation définitive des soins, une fois proposés, passe également par le département de Mohamed Cheikh Biadillah. L’ANAM, quant à elle, arrête la liste des maladies pour lesquelles ces référentiels doivent être établis et passe commande à la SMSM. Un cahier de charges est préétabli dans ce sens. En plus, elle aura pour mission d’encadrer l’organisation du processus de leur élaboration, d’assurer l’évaluation de l’application de ces référentiels et de procéder à leur actualisation périodique.
La SMSM, à travers les 34 sociétés savantes qui la composent, assure tout le travail scientifique d’élaboration des recommandations de bonnes pratiques médicales. Les groupes de travail issus des différentes sociétés produiront prioritairement, dans une première phase, les références médicales nécessaires à la prise en charge des affections de longues durées et des affections coûteuses (maladies cardio-vasculaires, cancers, diabète, hépatite, etc.). «Une méthodologie de recherche bibliographique médicale rigoureuse est nécessaire pour trouver les meilleurs pratiques et traitements pour une maladie donnée.
En cela, il constitue un outil de formation médicale continue pour les praticiens», précise Pr. Said Motaouakkil, président de la SMSM, partie prenante à un chantier présenté comme étant des plus structurants du secteur des soins de santé.

Validation



Une fois l’efficacité médicale d’un médicament ou d’un traitement prouvée et reconnue par la communauté scientifique nationale, un processus de validation est sitôt enclenché. Il est de trois natures distinctes (médicale, sociale et économique). Un traitement efficace mais coûteux cède ainsi devant un autre qui serait plus abordable. L’objectif ainsi est de faire en sorte que les médicaments figurants sur les référentiels soient accessibles au plus grand nombre. De même, une thérapie qui serait peu ou pas conforme aux normes morales ou culturelle de la société marocaine (dons de spermes pour le traitement des couples stériles à titre indicatif) est également rejetée. Cette étape de validation achevée, le recours aux médicaments ou traitements validé engage le ministère, le praticien et l’ANAM. Ce dernier fixe les taux de remboursements sur cette base.

T. Q. Edition 2439 du 9 janvier 2007 L'économiste