Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Actualités
17
Mar
2014
Cnia Saada: L’activité tirée par la non-vie
  • L’assureur peine en revanche pour la branche vie
  • Le marché des actions continue de plomber le résultat financier
  • Un dividende en hausse de 8 DH pour cette année

Cnia Saada a réalisé un CA global de 3,5 milliards de DH, soit une progression de 8,5 %. Cette hausse a été soutenue essentiellement par les primes émises non-vie qui se sont améliorées de 12%. Le résultat net a, quant à lui, augmenté de 6,5% à 281 millions de DH après intégration de l’impôt sur sociétés de 109 millions de DH

«L’ANNÉE 2013 a été un bon cru», annonce Mehdi Tazi, directeur général de Cnia Saada, lors de la présentation de ses résultats, vendredi 14 mars. Tous les indicateurs financiers de la filiale du groupe Saham qui change de nom (cf. L’Economiste du 12 mars 2014) pointent vers le haut, en dépit d’une conjoncture difficile. Au terme de l’exercice 2013, les primes émises ont marqué une progression de 8,5% pour atteindre 3,5 milliards de DH. Une évolution essentiellement attribuable à la non-vie. Cette branche a généré un chiffre d’affaires de 3 milliards de DH, soit une amélioration de 12%. Le management de la compagnie d’assurances jubile. «Sur ce segment, nous avons fait mieux que le marché qui, lui, n’a augmenté que de 6%», souligne Tazi. C’est l’activité Automobile qui a engendré à elle toute seule plus de la moitié du chiffre d’affaires non-vie.


Au niveau de la branche vie, les primes s’enfoncent de plus en plus. Elles accusent un recul de 13,6% pour s’établir à 393 millions de DH. Les réalisations sur cette activité auraient dû être affectées par le ralentissement du segment retraite, sauf que la croissance sur les décès a pu modérer cette contre-performance.


Le groupe peine à être compétitif sur ce segment. Ce sont les bancassureurs qui dominent la distribution des assurances vie. Contrairement à ses principaux concurrents, Cnia n’est adossée à aucune banque. Ainsi, les trois quarts des émissions nettes sont réalisées au niveau du réseau. Le courtage, quant à lui, en draine seulement 29%. Ceci étant, les performances de 2013 résultent en partie du bon comportement des intermédiaires. Aux dires de la direction, «les assureurs s’inscrivent désormais moins dans une logique de gain de part de marché, mais s’emploient plus à améliorer leur rentabilité».


L’assainissement continu du portefeuille du groupe a également porté ses fruits. Le résultat technique a bondi de 324 % à 195 millions de DH. Le résultat financier ressort pour sa part en quasi-stagnation à 425 millions de DH en raison du «marché financier peu performant». Au final, le résultat net est ressorti à 281 millions de DH, soit une évolution de 6%.


Les fonds propres se sont, de leur côté, appréciés de 4,9%, à plus de 3 milliards de DH. Il s’ensuit une marge de solvabilité qui se bonifie de 6 points pour se placer à 159%. Par conséquent, le conseil d’administration de la compagnie a proposé la distribution d’un dividende de 34 DH par action contre 26 DH l’année précédente.


A.Lo – L’ECONOMISTE - Édition N° 4234 du 2014/03/17