Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Actualités
14
Jan
2018
ALLIANZ SE ET IMPRERIUM HOLDING ENGAGÉS POUR UNE MOBILITÉ DURABLE

Le 1er assureur mondial Allianz s’associe à l’industriel marocain Imperium Holding pour promouvoir la mobilité durable au Maroc et en Afrique. Marrakech ville pilote pour ce projet écologique.  Une offre d’assurance dédiée a été lancée pour encourager les Marocains à rouler propre.

Après le bus électrique, Marrakech accueillera bientôt les motos électriques. Une joint-venture scellée entre l’industriel IMPRERIUM HOLDING et le 1er assureur mondial Allianz SE a vu le jour dans le but de relever le défi de la mobilité durable non seulement à Marrakech qui compte la plus grande concentration de motos soit 240.000 sur 1.500.000 de véhicules à deux et trois roues en circulation au Maroc mais sur tout le territoire.

D’une simple idée qui a germé au cours d’un diner entre Hamza El Baroudi, Directeur du groupe Imperium Holding et Jean-Marc Pailhol, Directeur Market Management et Distribution d’Allianz SE en marge de la Formule E 2018 est né le projet EMOB. Un an après, la société EMOB démarre ses activités en marge de la Formule E 2019 qui s’est tenue ce samedi 12 janvier à Marrakech.

Allianz SE et Imperium Holding sont convaincus que la mobilité durable est l’un des piliers du processus de développement durable dans lequel le Maroc s’est inscrit.

Le principal objectif d’EMOB est d’ailleurs de réduire les émissions de gaz à effet de serre dont les conséquences sur l’environnement mais aussi sur le développement socio-économique du pays ne sont pas à négliger.

« Le potentiel du Maroc est immense. Il y a plus de possibilités d’innovation dans les pays émergents tels que le Maroc. Les problèmes et contraintes réglementaires sont moins nombreux et la population est plus jeune », a déclaré Jean-Marc Pailhol, Directeur Market Management et Distribution d’Allianz SE.

Des véhicules non polluants (sur le plan environnemental et sonore), qui ne consomment pas beaucoup (4 DH pour le chargement électrique contre 20 DH pour le carburant pour une distance de 50 Km), qui ne nécessitent pas de maintenance mais surtout qui contribuent à protéger la santé publique. C’est tout l’enjeu en question. Outre l’engin, EMOB propose également une solution de prévention innovante. Il s’agit d’un casque connecté 100% marocain développé par une start-up marocaine Casky. Ce casque permet de renforcer la sécurité et l’automatisation de l’alerte des autorités et de la famille en cas d’accident.

                      

Des moyens pour atteindre des objectifs ambitieux au Maroc et en Afrique

Pour le démarrage, EMOB commence par mettre sur le marché 1.200 unités de la marque YADEA, spécialiste français de la conception des engins électriques et filiale du géant chinois NORINCO. Toutefois pour réussir ce projet, il a fallu mettre en place tout un écosystème. Parmi les actions entreprises : l’amendement de la réglementation visant à limiter l’utilisation des moteurs à combustion dans la ville ocre, l’incitation de l’administration à faire preuve d’exemplarité en passant aux deux roues électriques ainsi que la mise en place des installations de bornes de charge électriques dans la ville. Une offre de financement dédiée a également été négociée en exclusivité avec Eqdom, filiale de Société Générale.

Aussi pour donner une impulsion à cette initiative et encourager les Marocains à rouler propre, l’assureur a mis sur le marché une offre assurancielle tout risque à des prix très préférentiels. C’est la première assurance du genre au Maroc pour des motos de petite cylindrée comme l’a précisé Joerg Weber, Directeur général de Allianz Maroc.

Cette assurance couvre aussi bien la Responsabilité Civile que la couverture des dommages résultant d’un accident ou d’une collision, des risques incendie et vol ainsi que la protection des passagers. Elle couvre également la batterie du véhicule. Quant à la prime d’assurance, elle sera définie en fonction de la cible à savoir grand public, entreprise ou encore location. D’ailleurs, pour familiariser les Marrakchis avec ce nouveau mode de transport, la ville se dotera bientôt de motos en libre-service. Elles viendront compléter un service de vélo en libre-service mis en place en marge de la COP22. Une convention entre EMOB et Medina BIKE (le premier système de partage de vélos officiel au Maroc) a été signée en marge de la cérémonie de lancement pour introduire lesdites motos à Marrakech.

Des perspectives très ambitieuses à moyen et long terme

EMOB ne compte pas se limiter à la commercialisation des motos électriques mais voit plus grand. L’objectif à moyen et long terme est d’installer des unités de production au niveau du Maroc dans le but d’alimenter le marché africain de ces motos écologiques. En effet, EMOB vise à déployer ce projet pilote non seulement dans les autres villes du Royaume mais aussi dans tout le continent. Un savoir-faire qui franchira facilement les frontières.

Lamiae Boumahrou - 13 janvier 2019 - EcoActu