Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Actualités
12
Sep
2019
Intermédiation en assurances, une profession en souffrance

A l’occasion du 25ème anniversaire de la FNACAM, cette 4ème édition de la rencontre annuelle des agents et courtiers d’assurance, s’est faite sous le thème « Une impulsion nouvelle pour la FNACAM ».

Sous forme de table ronde et d’échanges avec les 350 participants présents, Farid Bensaîd, Président de la FNACAM (Fédération nationale des agents et courtiers d’assurance au Maroc) recevait en invités Salaheddine Mezouar (Président de la CGEM), Mohamed Hassan Bensalah (Président de la FMSAR),  Hassan Boubrik (Président de l’ACAPS) et Omar Faraj (Directeur Général de la DGI). Ce panel a permis une interaction de qualité avec les agents et courtiers d’assurance pour répondre aux nombreuses questions soulevées.

La Fédération, très active auprès des instances, et pour ses membres, cherche un nouveau souffle en dénonçant des iniquités évidentes: Pourquoi la profession achète des produits d’équipement taxés à 20 %, comme pour toute profession, mais ne peut récupérer cette TVA. Pourquoi les commissions d’assurances sont taxées à 14%... non récupérables également. Concurrence jugée déloyale sur certains schémas de distributions, comme la bancassurance. Taux de commissionnement inchangés depuis 30 ans. Déclarations fraudeuses à l’assurance qui imputent les résultats… etc… autant de chantiers à rénover

9000 Familles vivent du secteur de l’assurance. Ce grand secteur économique fonctionne à plusieurs vitesses. Pour un marché de 41 milliards de dirhams, réalisé à 60% par les réseaux de distribution agents et courtiers, la première injustice dénoncée est celle du réseau bancaire, avec 6 900 agences (faces à 2300 intermédiaires agents et courtiers confondus). Ce réseau bancassurance fait de l’ombre au réseau traditionnel qui voit une part de son marché lui échapper.

Un autre problème majeur qui handicape le profession, c’est celui de la fraude. 50% des indemnités(selon les chiffres présentés) sont le fait de la fraude. 22,5% des assurés déclarent 3 sinistres automobiles par an… Des chiffres qui font peur.

Mais le gros du dossier fut la problématique de la TVA pour les intermédiaires d’assurance, comme expliqué plus haut.

Un avenir plus radieux a été abordé également avec la notion de digital qui fut présenté comme une opportunité pour les agents et courtiers, ainsi qu’une diversification des produits d’assurance existants, et les nouveaux produits de demain, comme ceux de l’assurance affinitaire.

Autre volonté positive affichée durant cette rencontre, ce fut la relation constructive entre la fédération et les Compagnies d’assurance, que la FNACAM a mis en valeur avec des intervenants de qualité représentant toutes les instances.

La profession est en mutation…

Logo du site - 11 septembre 2019