Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Actualités
30
Sep
2009
Résultats semestriels Wafa Assurance portée par le Non-Vie
· Forte amélioration du CA

· Un gros point faible toutefois: le résultat technique Vie

«Nos indicateurs restent parmi les plus probants du marché». Ramses Arroub, président-directeur général de Wafa Assurance, était particulièrement confiant lors de la présentation des résultats financiers de son entreprise pour le 1er semestre 2009.
Il faut dire que l’ Assureur , d’un semestre à l’autre et dopé par un contexte plutôt favorable pour le secteur, a persévéré sur la même tendance haussière que celle de 2008.
Derrière cette embellie, l’amélioration des primes émises à fin juin, qui ressortent à plus de 2 milliards de DH.
Dans le lot, ce sont essentiellement les primes Non Vie émises qui se sont le plus illustrées.
Celles-ci ont littéralement bondi (+44,6%) pour dépasser la barre du milliard de DH. Ce qui n’a pas manqué d’améliorer de 14,4% le CA de Wafa Assurance
Une croissance provoquée, selon Arroub, par le dynamisme des réseaux de bancassurance. Le développement des contrats d’épargne y est également pour beaucoup. En Effet , les primes d’épargnes émises ont engrangé à elles seules pas moins de 76,7% du CA Vie.
Concernant le résultat net, il retrouve des couleurs après un certain repli constaté en 2008. Il ressort en progression de 42,2%, sous la maîtrise de la sinistralité qui recule de 4 points et la progression des produits financiers. «Ce qui constitue en soit une baisse notable des coûts de revient», indique Arroub.
Toutes ces augmentations proviennent aussi bien du marché des particuliers que de celui de l’entreprise. La société d’assurance a d’ailleurs procédé durant tout le semestre au développement de l’animation des réseaux d’agents et courtiers. A côté, la stratégie multisectorielle de l’assureur se poursuit par un renforcement dans l’automobile, dans le risque «entreprises» et dans l’activité Vie.
Même l’inflation au niveau des accidents automobiles, constatée au 1er semestre, n’a pas réussi à grever l’activité de l’assureur. Derrière cette résilience, l’importance du portefeuille clients qui constitue un véritable matelas pour amortir la hausse de sinistralité. «En automobile, nous avons un chiffre d’affaires de 900 millions de DH pour environ 300.000 véhicules, ce qui agit comme un système de mutualisation», assure Arroub. Et d’ajouter que «dans le secteur des assurances, plus le portefeuille est large et plus l’avénement exceptionnel de Sinistre est lissé sur un très grand nombre d’assurés, ce qui en réduit l’impact».
Seule ombre au tableau toutefois, le résultat technique Vie qui chute sensiblement. Il s’affiche en repli de 41,2% par rapport au 1er semestre 2008, reculant à 70 millions de DH contre 119 millions une année auparavant. Ce retrait s’explique, selon le top management, par la baisse des résultats de placements en l’absence de plus-values, étant donné la morosité du marché actions. Autre explication, la comptabilisation de la dotation de provisions pour dépréciation d’actifs.

Mohamed MOUNADI - L'économiste - Edition du 30/9/2009