Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Actualités
21
Sep
2010
Wafa Assurance L’activité non-vie en forte progression
· + 29,5% à 1,3 milliard de DH

· Le chiffre d’affaires global ressort à 2,2 milliards de DH

· Repositionnement sur l’épargne à long terme


A son tour, Wafa Assurance se lance dans le grand bain, avec la publication de ses résultats semestriels. La filiale d’Attijariwafa bank enregistre ainsi, au terme des six premiers mois de l’année, un chiffre d’affaires de 2,2 milliards de DH, en hausse de 9% par rapport à la même période en 2009. Par branche d’activité, le volume d’affaires du non-vie progresse de 29,5% à 1,3 milliard de DH. En revanche, l’assurance vie enregistre une contre-performance de 11% à 905 millions de DH. Ce résultat est tout de même à relativiser. Il résulte, selon le management, d’une volonté de la compagnie de se repositionner sur l’épargne à long terme.
Ce repositionnement intervient à un moment où la problématique de la mobilisation de l’épargne se pose aussi bien pour les assureurs que pour les établissements bancaires. Certes, le chiffre d’affaires de l’assurance vie a triplé en l’espace de cinq ans, passant de 2 à 6,7 milliards de DH en 2009. Mais «cette branche d’activité n’occupe pas encore la place qui est la sienne dans le secteur», relève Ramses Arroub, président directeur général de Wafa Assurance. A titre d’exemple, l’assurance vie représente 2/3 de l’activité sur les marchés matures. Il faut dire aussi que les produits d’assurance vie sont peu connus du public. Néanmoins, les recettes d’une mobilisation plus importante de l’épargne tiennent, selon les professionnels, au développement de couples capitalistiques du type Wafa Assurance et sa maison mère ou encore BMCE Bank et RMA Watanya, mais également au renforcement des réseaux commerciaux. Les incitations fiscales sont également des conditions nécessaires à l’évolution de l’activité vie. Il y aura certainement des mesures d’incitation à l’épargne à long terme dans la loi de finances 2011, avait annoncé Salaheddine Mezouar, ministre des Finances. En tout cas, les négociations des assureurs avec l’administration tendent notamment à la suppression du taux de 3,5% sur les produits de capitalisation afin de renforcer l’attractivité de l’assurance vie. Il s’agit également de faire profiter l’épargne vie des mêmes avantages que les OPCVM notamment. Ce qui reviendrait à effectuer un prélèvement libératoire à 30% et des abattements au-delà de 8 ans.
Le contrat-programme du secteur qui inclura des mesures en vue de sa dynamisation devrait être signé dans les prochains jours après plusieurs reports, est-il indiqué.
Pour les assureurs, l’objectif ne se limite pas uniquement à la mobilisation de l’épargne, mais il s’agit également de pouvoir investir tout cet argent quelque part.

F. Fa - L'économiste - Edition du 21/9/2010