Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Actualités
23
Mars
2011
La Vie, déficitaire pour Cnia Saada
60 millions de DH de pertes techniques pour cette branche
L’ Assureur minimise l’impact sur le portefeuille global

Le top management de Cnia Saada était au complet pour la présentation des résultats de la compagnie. C’est le premier exercice du genre pour l’entreprise qui est présente à la cote depuis cinq mois. Elle a émis, l’année dernière, 2,9 milliards de DH de primes en progression de 5,1%. Ce qui la situe au 4e rang des principaux acteurs du marché avec une part de marché de 13,6%, à égalité avec Axa Assurance.
La filiale du groupe Saham, réalise 83% de ses revenus sur la branche non-vie, soit 2,4 milliards de DH en progression de 6,3% contre 7% pour le secteur. L’assurance automobile accapare 51% du total en recul de deux points par rapport à 2009. Les réalisations dans les autres segments ressortent quasi-stables, excepté une progression à 10% de la contribution de l’IRD (incidents et risques divers) au volume d’affaires en Non-Vie.
Les primes émises en Vie se chiffrent à 510 millions de DH en quasi-stagnation (-0,4%) par rapport à 2009. Le secteur tire également la langue sur cette branche avec un recul de 0,9% des primes émises à 6,6 milliards de DH.
La faute à la bancassurance qui ne marche plus très fort et de façon générale à un repositionnement des opérateurs sur ces produits. «La rentabilité de l’assurance Vie avec le Code des Assurances actuel n’est pas intéressant», juge Moulay Hafid Elalamy, PDG de Cnia Saada. Au-delà de la configuration actuelle de ce marché, «nous avons une relation bancassurance beaucoup moins forte et capitalistique que les autres compagnies», reconnaît Ghita Lahlou El Yacoubi, administrateur directeur-général de la compagnie. L’assureur entend donc se focaliser davantage sur la Non-Vie. «Nous développerons l’activité Vie quand nous aurons un réseau maîtrisé…notre banque», indique Elalamy. Concernant la sinistralité, les charges brutes reculent de 15% à 1,9 milliard de DH sous l’ Effet de «la diminution de la fréquence des sinistres et du coût moyen du Sinistre », est-il expliqué. Il faut y voir également un effet code de la route même si l’impact sur les charges en 2010 peut être minime (entrée en vigueur du code de la route en octobre 2010). Les charges de sinistres ont reculé de 16% à 1,3 milliard de DH en Non-Vie. Au terme du dernier exercice, le résultat technique en Vie ressort à -60 millions de DH alors que celui de la Non-Vie marque une hausse de 74,3% à 549 millions de DH. En plus d’un résultat non-technique négatif de 19,4 millions de DH, Cnia Saada dégage un profit de 303 millions de DH en progression de 39,5%. L’assureur distribuera un dividende de 22 DH/action soit un taux de distribution de 30%. Au niveau de la rentabilité technique, le ratio combiné s’améliore à 97,4% contre 101,8 une année auparavant.
Les provisions techniques enregistrent une légère hausse de 1% à 10,5 milliards de DH. Les fonds propres, eux, s’établissent à 2,5 milliards de DH en croissance de 11%. La marge de solvabilité recule à 135%. Une baisse qui est attribuable, selon le management, à l’effet de l’amortissement entre 2008 et 2010 du fonds de commerce d’Essaada.


F.Fa - L´Economiste - Édition N° 3492 du 2011/03/23