Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Actualités
6
Jan
2012
Multirisque climatique La Mamda «inondée» de demandes
  • Même si les souscriptions ont été bouclées, le groupe continue d’être sollicité
  • 338.000 hectares couverts
Multirisque climatique La Mamda «inondée» de demandes

La subvention de l’Etat est revue à la hausse. Dans le cas des superficies supérieures à 30 hectares, elle est plafonnée à 414,99 dirhams

           

C’est une couverture stratégique pour les agriculteurs. La multirisque climatique, le nouveau produit d’assurance de la Mamda, couvre les céréales et les légumineuses contre la sécheresse, la grêle, le gel, les vents violents, les vents de sable et l’excès d’eau. «Auparavant, seule la sécheresse était garantie par l’Etat mais uniquement dans certaines régions. Aujourd’hui, c’est un produit d’assurance qui couvre plusieurs risques et s’étend à l’ensemble du pays», explique Hicham Belmrah, président du directoire de la Mamda-MCMA.
Commercialisé depuis septembre 2011, ce produit a connu un engouement auprès des agriculteurs puisque 338.000 hectares sont couverts dépassant ainsi l’objectif fixé par cette mutuelle.
Avec le retard des pluies, une prière rogatoire est prévue aujourd’hui vendredi 6 janvier, la Mamda continue à recevoir les demandes auxquelles elle ne peut donner suite puisque la période de souscription s’est terminée le 15 décembre dernier. Du moins pour les cultures d’automnes. «Nous assurons principalement le Bour. La multirisque climatique s’inscrit dans le cadre d’une stratégie commune avec le ministère de l’Agriculture en vue d’améliorer la couverture et la pénétration de l’assurance agricole au Maroc», souligne Belmrah. Il faut dire aussi qu’au Maroc le taux de pénétration des primes risques agricoles par rapport au PIB agricole est très faible. L’idéal serait d’atteindre un niveau de 0,2% du PIB agricole, soit la moyenne dans les marchés émergents. La Mamda compte d’ailleurs étoffer son offre d’ici 2013 en lançant des produits pour l’arboriculture et le maraîchage. En tout cas, deux produits sont en cours de validation.
Cette multirisque climatique, qui a fait l’objet d’une convention signée avec le ministère de l’Agriculture, cible 1 million d’hectares à l’horizon 2015. Elle est organisée en six paliers avec un capital garanti à l’hectare plus importants que dans l’ancien système. Idem pour la subvention de l’Etat laquelle est passée de 50% dans le cas de la garantie sécheresse à un niveau compris entre 53% et 90%. Quant aux petits agriculteurs, leurs cotisations ont été revues à la baisse passant ainsi de 60 dirhams par hectare à 26 dirhams.
Dans le détail, le premier palier de la multirisque climatique propose une garantie de 1.450 dirhams par hectare en contrepartie d’une cotisation de 26 dirhams/ha. Ce niveau s’adresse aux superficies inférieures ou égales à 3 hectares. Le deuxième palier propose une cotisation de 183 dirhams pour des superficies dépassant 3 hectares assurant ainsi une garantie de 2.900 dirhams. Le troisième et dernier palier s’adresse aux exploitations dont la superficie est supérieure à 5 hectares. Là, la Mamda offre une garantie de 4.350 dirhams contre le paiement d’une cotisation de 368 dirhams.
Le dispositif en place prévoit également deux niveaux supplémentaires dédiés aux superficies supérieures ou égales à 30 hectares (voir tableau).
Côté mise en jeu de la garantie, la Mamda s’aligne sur ce qui a toujours été en vigueur, soit la déclaration officielle qu’une zone donnée est sinistrée.

K. M. - L'Economiste - Édition N° 3694 du 2012/01/06