Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Actualités
14
Fev
2013
Wafa Assurance, des indicateurs solides malgré la conjoncture

Malgré une conjoncture difficile marquée par la morosité économique, le resserrement des liquidités bancaires, la baisse du marché financier et la hausse de la sinistralité automobile, Wafa Assurance a réalisé, au titre de l’exercice 2012, des résultats financiers solides. En atteste, la croissance du chiffre d’affaires de 8,5 % à 5 729 MDH, tirée aussi bien par la non-Vie que l’activité Vie.

Selon M. Taoufik Benjelloun, Directeur Général Adjoint en charge du «Pôle Finances», au niveau de l’activité non-Vie, le volume d’affaires a progressé de 10,5 % à 2 709 MDH, grâce à la bonne tenue du segment automobile consécutive à la hausse de 16,2 % des ventes de véhicules (130 316 véhicules vendus en 2012). Ainsi, tirant profit de cette embellie, le chiffre d’affaires du segment Automobile a augmenté de 8,5 % à 1 260 MDH, soit 46,5 % de l’activité non-Vie. De même, au niveau du segment Entreprises, l’activité Dommages aux biens a progressé de 164 %.

Au niveau de l’activité Vie, le chiffre d’affaires a progressé plus modérément de 6,8 % à 3  019 MDH. Selon M. Mohamed Ramsès Arroub, Président Directeur Général de Wafa Assurance, cette évolution s’explique essentiellement par «le ralentissement de l’activité Epargne du fait d’un contexte de liquidité bancaire tendue». Il faut dire que dans un contexte pareil, les banques ont tendance à épargner moins. Or, le segment Epargne a représenté 78 % du volume d’affaires, le reliquat provenant de l’activité Décès.

Au-delà, l’évolution du chiffre d’affaires s’explique aussi par la dynamique commerciale de la compagnie, par son offre de produits segmentés répondant aux besoins des différents clients et son adossement à la première banque privée du Royaume, Attijariwafa bank, et à un réseau de d’agents et de courtiers importants (372 points de vente).

Impact du marché financier

Parallèlement, les frais généraux ont progressé de manière plus importante que le chiffre d’affaires du fait notamment des importants investissements réalisés. Ainsi, au niveau de l’activité non-Vie, les charges ont progressé de 16 % à 335 MDH à cause notamment du développement régional de la compagnie. De même, le taux de commission s’est apprécié de 17,68 % à 346 MDH du fait de la hausse du mix-produit. Au niveau de l’activité Vie, les frais d’acquisition ont augmenté de 19,54 %,  à 159 MDH à cause d’une croissance de l’activité Décès plus soutenue que l’Epargne.

Partant, le ratio combiné (somme des frais de gestion et du coût des sinistres/total des primes encaissées) a augmenté de 1 point pour s’établir à 94,8 % sous l’effet conjugué de la hausse du ratio de frais de gestion et de la baisse du ratio sinistre/primes bien qu’en partie absorbée par la réassurance.

Par ailleurs, le marché financier n’a pas été d’un bon secours pour les assureurs. Outre la contraction des liquidités bancaire qui a impacté sur l’activité Epargne de l’assurance Vie, le secteur a été marqué par la hausse des rendements des Bons du trésor à long terme (+50 pbs sur le 10 ans à 4,83 % et +60 pbs sur la 15 ans à 5,04 %) et surtout par la baisse du marché actions avec la contraction des cours des actions cotées se traduisant par un repli du MASI de 15 %. Cette situation a pesé sur les résultats Non-Vie et Epargne de la compagnie d’assurance.

Ainsi, pour le leader du secteur, les résultats financiers des activités non-Vie et Vie ont reculé respectivement de -14,6 % à 613  MDH et -17,3% à 404 MDH. Et à cause de la dépréciation des titres en bourse sur lesquels Wafa Assurance a investi, la compagnie a procédé à des dotations et provisions pour un montant global de 450 MDH (300 MDH en non-Vie et 150 MDH en Vie).

Conséquence, si le résultat technique Vie a progressé de 5,3 % à 276 MDH, grâce notamment à l’amélioration du résultat d’exploitation des activités, le résultat technique Non-Vie a, par contre, reculé de 17,2 % à 737 MDH, en raison principalement de la contraction du résultat financier.

Dividende de 80 dirhams par actions

Partant, le résultat net de Wafa Assurance a reculé de 9,3 % à 733 MDH. Outre l’impact du résultat financier en recul de 18,6 %, le résultat net de la compagnie a été affecté par la hausse du montant de l’Impôt sur les Sociétés réglé par la compagnie de 7,7  % (+62  MDH) et par l’effet de la «Contribution pour l’appui à la cohésion sociale» d’un montant de 20 MDH. En dépit du recul du bénéfice net, les fonds propres (après affectation) de la compagnie se sont appréciés de 13,1 % à 3  912  MDH.

Conséquence, le rendement des fonds propres (RoE) a baissé de 7,5 points pour ressortir à 23,1 %.

En outre, il faut signaler que le portefeuille de placement s’est apprécié de 5 % à 21,42 milliards de dirhams. Au niveau de l’activité non-Vie, quasiment les trois-quarts du portefeuille sont investis dans les produits de taux et le reliquat en actions, immobilier et autres produits, alors qu’au niveau de l’activité Vie, près de la moitié du portefeuille est investie en actions et l’autre en obligations. A noter que malgré la conjoncture défavorable du marché financier, le portefeuille de la compagnie fait ressortir 1,6 milliard de dirhams de plus-values latentes.

Enfin, signalons que le Conseil d’administration de Wafa Assurance a proposé la distribution d’un dividende par actions de 80 dirhams. Ce niveau de dividende offre un rendement brut de 2,48 % (cours à fin décembre 2012) et correspond à un taux de distribution modéré de 37,38 %. Etant engagé dans un processus de développement à l’international, dans le sillage de sa maison mère, Wafa Assurance rémunère convenablement ses actionnaires tout en préservant une partie significative de ses ressources pour renforcer ses fonds propres et pouvoir ainsi mieux répondre aux exigences règlementaires et saisir les opportunités de croissance qui se présentent, notamment au niveau africain.

Moussa Diop - www.lnt.ma - 14/02/2013