Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Actualités
11
Avr
2013
Assurances: le pari gagnant de Zurich

La compagnie ne se focalise pas sur la branche vie. Elle le ferait seulement si elle acquiert rapidement une part de marché significative.

E

lle ne fait pas partie des top 5 des plus grandes compagnies d’assurances, mais elle vient juste après à la sixième place en termes de parts de marché (6,2% de parts de marché sur la branche non-vie). Zurich Assurance Maroc (ZAM), qui est présente depuis une soixantaine d’années au Maroc, est de plus en plus «visible» ces derniers temps. Elle communique en fait beaucoup plus que par le passé. Cette stratégie a son sens puisque la compagnie souhaite mettre le turbo. Contrairement à ce que l’on pourrait penser, c’est avec les clients particuliers qu’elle réalise plus de la moitié de son chiffre d’affaires. Ses clients « entreprises » sont quant à eux constitués de multinationales, mais aussi de grandes industries marocaines, ou des projets d’infrastructure… En 2012, son résultat net s’est établi à 101 millions de dirhams. Ses performances, ZAM les doit à son «sérieux», comme le dit si bien son management.  « Notre devise est de délivrer ce qu’il faut quand il le faut. Nous ne nous défilons pas face à nos responsabilités et nous tenons à être présents auprès de nos clients au moment où ils sont le plus vulnérables», dixit Fréderic Louat, son directeur général. Et ce n’est donc pas fortuit si la compagnie a, en 2012, opéré un changement organisationnel et une redéfinition des segments de clientèle pour analyser leurs besoins et suivre le positionnement de la compagnie sur chacun d’entre eux. « Il s’agit d’adapter de façon encore plus fine l’offre clients en fonction de leurs caractéristiques propres», ajoute Louat. L’autre atout dont ce prévaut la compagnie, et non des moindres, est son adossement à un groupe étranger. Cela lui permet d’opter pour des pratiques aux standards internationaux.  «L’adossement à un grand groupe multinational dont l’expertise et la technicité sont mondialement reconnus nous confère un avantage certain. On se veut une organisation innovante, apprenante et flexible qui évolue grâce au partage du savoir-faire », indique le directeur général.

 Prévision de hausse  de la part de marché

Mais à l’image des autres compagnies de la place qui ne sont pas adossées à un établissement bancaire, ZAM ne se focalise pas sur la  branche «vie» qui est marginale dans son business, mais plutôt sur la «non-vie». Mais rien n’empêche que celle-ci scrute les opportunités qui peuvent se présenter. Cela nécessite néanmoins des préalables. Pour Louat, le développement de l’assurance-vie chez ZAM ne pourra se faire que dans le cadre d’un partenariat de distribution avec un réseau bancaire. « Nous ne rentrerons sur ce segment que si nous pouvons acquérir suffisamment et rapidement une part de marché significative. Le groupe Zurich a une expérience particulière pour les contrats d’assurance-vie en unités de compte. Aujourd’hui, du fait de la conjoncture boursière de la place de Casablanca, la demande pour les contrats en unités de compte est très modeste », explique le patron de la compagnie. Installé à la tête de ZAM depuis quelques mois, Fréderic Louat entend alors bel et bien suivre les orientations pays alignées à celles de la maison-mère. Pour l’année 2013/2014, la compagnie se focalisera sur une croissance profitable, une croissance sur le client, une transformation opérationnelle et un management des talents. Dans le premier axe, ZAM table sur une hausse de sa part de marché dès cette année. Les résultats dégagés par le segment des particuliers et des petites entreprises les encouragent. Mais il n’y a pas que cela. Elle espère aussi consolider sa position sur le segment des moyennes et grandes entreprises «mettant en avant le sérieux de son processus de souscription, la qualité de son service et son expertise avérée dans les domaines de l’ingénierie des risques et de prévention des risques (Risk Engineering)», avance le directeur général. Dans le deuxième volet, il sera question, entre autres, de procéder à un recentrage sur les clients en développant de nouveaux produits mieux adaptés à leurs besoins, qu’ils soient particuliers ou des entreprises. ZAM met les moyens nécessaires pour arriver à ses  fins.

11 avril 2013         Challenge