Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Actualités
20
Déc
2013
Assurance: Hausse des tarifs pour les bus et autocars
  • A la Matu, 10% à partir du 1er janvier
  • La CAT s’apprête aussi à revoir ses tarifs

Source: Matu L’augmentation des primes vise les véhicules qui comptent 8 places et plus. Le changement de tarif devenait urgent surtout face à la montée des sinistres

La mesure était incontournable. La Mutuelle d’assurance des transporteurs unis (Matu) va augmenter ses tarifs «Transport public de voyageurs» (TPV) à partir du 1er janvier 2014. La décision est approuvée par la Direction des assurances et de la prévoyance sociale (DAPS) au ministère des Finances. L’augmentation des primes pour les autocars sera de 10%, les taxis étant écartés de ce changement. La Matu et la CAT sont les seuls acteurs  habilités à souscrire le risque Transport public de voyageurs. Et donc la CAT pourrait également revoir ses tarifs à la hausse.
Comme c’est le cas pour la RC automobile libéralisée depuis plusieurs années, l’on ne risque pas là aussi d’assister à une guerre des tarifs entre la Matu et la CAT. La concurrence joue en principe sur les garanties annexes.
Aujourd’hui, ces deux compagnies ne peuvent faire l’économie de cette mesure. Le risque Transport public de voyageurs est structurellement déficitaire en raison de la montée des sinistres et de la sous-tarification de cette branche. Les ratios de sinistralité sont supérieurs à 150% aussi bien pour la CAT que pour la Matu. Ainsi contre une prime de 100 dirhams par exemple, les deux acteurs déboursent plus de 150 dirhams.  Ce qui se solde par un déséquilibre global de la branche TPV. 
Dans le cas de la Matu, cette augmentation des primes est indissociable de son redressement. La contribution du fonds de solidarité de 150 millions de dirhams remboursables sur 10 ans, et qui fera l’objet d’une convention durant les prochaines semaines, ne saurait à elle seule résoudre les problèmes de cette mutuelle. Des mesures doivent être entreprises sur le plan tarifaire ainsi qu’au niveau de sa gestion. La mutuelle des transporteurs a d’ailleurs opéré une refonte au niveau de sa gouvernance en se dotant d’un conseil de surveillance et d’un directoire. Un changement censé lui assurer plus de transparence dans sa gestion. Et ce, à même de rompre avec l’image traînée pendant plusieurs années. La Matu a également créé trois comités: un comité d'audit,  un comité de placements et d'investissement ainsi qu’un comité de nomination et de rémunérations.
Sanctionnée en août 2008 par la DAPS, qui n’a pas hésité à lui retirer les risques divers avant de l’autoriser à les pratiquer en novembre 2012, cette mutuelle s’est également dotée d’un nouvel organigramme. Aujourd’hui, elle est organisée en quatre pôles : indemnisation, finance, développement et ressources. Elle a également mis en place un dispositif de contrôle interne au niveau de tous les pôles et des process avec des correspondants identifiés.
La Matu a également procédé à une réallocation des actifs avec comme objectif d’augmenter ses placements dans les obligations à 75% contre 25% pour les actions. Jusqu’à fin décembre 2012, son portefeuille était composé à hauteur de 50% d’actions avec un niveau d’exposition jugé important.

Accélération des paiements

La Matu est également tenue d’accélérer l’exécution des jugements. A fin septembre 2013, elle comptait un stock de 920 jugements non exécutés se retrouvant ainsi à la troisième place après Cnia Saada (2.079 dossiers) et Wafa Assurance (1.004 dossiers). C’est du moins ce qui ressort des  statistiques du Bureau de notifications et des exécutions judiciaires du ministère de la Justice. Ceci étant, ces statistiques montre aussi que les compagnies d’assurances ne sont plus à des stocks aussi élevés qu’en 2006 ou 2007 et qu’un effort a été fourni. Dans le cas de la Matu, elle a décaissé cette année près de 136 millions de dirhams en indemnisation contre 122,4 millions l’année dernière.

Khadija MASMOUDI - Édition N° 4175 du 2013/12/19 – L’ECONOMISTE