Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Conseils
20
Jan
2014
Assurance maladie Une assurance qui ne couvre presque rien pour les joueurs amateurs

Quel que soit le niveau auquel joue un footballeur, il doit se couvrir contre les conséquences des dommages causés ou subis. Au Maroc, les joueurs évoluant dans les clubs de l’élite ou amateurs sont tous assurés. Seulement, il existe une grande disparité entre les deux. Chez l’élite, chaque pratiquant est assuré par la FRMF à hauteur de 2 647 DH toutes taxes comprises par assuré et par an. Chez les amateurs, c’est le ministère de la Jeunesse et des sports qui assure les joueurs à hauteur de 16,50 DH par an et par assuré. Une différence qui se répercute automatiquement sur les prestations fournies. Chez l’élite, chaque joueur ou membre du staff technique est assuré à hauteur de 30 000 DH par personne, par maladie et par an. En cas d’hospitalisation, le montant est de 1 000 000 DH par assuré, par maladie et par an. Ce n’est pas tout. Cette nouvelle assurance prévoit, en cas d’invalidité, une indemnité de 100 000 DH et, en cas de décès, 200 000 DH.

Les amateurs, quant à eux, ne peuvent prétendre, en cas de blessure, qu’une assurance ne dépassant pas 2 500 DH. En cas de décès, l’indemnité versée aux ayants droit est de 50 000 DH. Hassan Marzak, de Nejem Oujda a indiqué que cette année avec le changement d’assureur, les clubs amateurs n’ont pas encore reçu de feuilles d’accidents.

Marzak va encore plus loin en précisant qu’en cas d’hospitalisation d’un joueur, le club doit d’abord payer la facture et attendre le remboursement qui pourrait ne pas venir. Il a, en outre, souligné que la liste des cliniques conventionnées dans l’Oriental envoyée aux clubs comprend des cliniques spécialisées dans le nez et la gorge et qui n’ont rien à voir avec des besoins immédiats des joueurs de football exposés souvent à des blessures au niveau des pieds, des jambes, cuisses...

Pas d’obligation d’examen cardiovasculaire

Si les clubs de l’élite sont obligés de faire passer à leurs joueurs des examens cardiovasculaires, les amateurs, eux, ne sont pas obligés de le faire pour leur joueur pour des raisons financières. 
Autrement dit, des joueurs ayant des malformations cardiaques peuvent exercer sans savoir qu’ils courent le danger de mort à tout moment. Plusieurs cas de décès ont été répertoriés dans le football amateurs. Boucheib Ben Derouich de Yaakoub El Mansour a indiqué qu’il n’y a pas de suivi médical des joueurs alors que chaque licencié doit automatiquement être assuré. L’absence de médecin implique l’absence de suivi médical des joueurs. «Le médecin vient uniquement le jour de la rencontre», précise M. Ben Derouich.

Les clubs amateurs ne disposent pas non plus d’ambulance équipée. C’est souvent l’ambulance de la ville qui a acheminé dimanche au stade, mais dès qu’il y a une urgence, l’ambulancier quitte le stade. Ben Derouich indique également que seuls 26 joueurs sont assurés. Les équipes de cadets, minimes et juniors ne sont pas assurées, nous a-t-il souligné. 
De son côté, Houcine de Widad Témara assure que son club dispose d’un médecin auquel il fait appel en cas de besoin. Certes, les joueurs amateurs sont assurés, mais leur assurance laisse à désirer. Le cas de Yacine Zekri de Bouznika est édifiant. Actuellement, le joueur est paralysé et quasiment oublié. 

20 janvier 2014 - Abderrahman Ichi, LE MATIN