Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Conseils
29
Déc
2017
Epargne retraite: La CIMR s’ouvre au grand public
  • Une offre dédiée aux professions libérales, travailleurs indépendants, commerçants
  • Mais moins souple que les produits des assureurs privés

Le changement de statut de la Caisse interprofessionnelle marocaine de retraite (CIMR) a élargi son périmètre d’intervention. Le régime est ouvert au grand public, notamment à l’adhésion individuelle de toute personne physique: les professions libérales, les travailleurs indépendants, les commerçants et les salariés du secteur public ou privé.

Jusque-là, seuls les salariés des entreprises adhérentes pouvaient y cotiser. Ce changement de statut permet à la Caisse de compléter son offre de deux nouveaux produits: Al Moustakbal individuel et groupe. Al Moustakbal est similaire aux produits des assureurs privés. Environ 230 contrats ont été souscrits depuis le lancement par des médecins, architectes… Les affiliés peuvent constituer une retraite complémentaire à leur rythme.

Pour chaque versement mensuel, un minimum de 200 DH est exigé. Les cibles potentielles sont estimées entre 5 et 6 millions de personnes. Pour l’heure, le management table sur environ 200 millions de DH de contributions nouvelles/an. La Caisse éprouve quelques difficultés à recruter de nouvelles entreprises surtout les PME. La souscription à la CIMR étant déjà un engagement à long terme, très peu de petites entreprises y adhèrent. Le déploiement d’une telle offre est donc stratégique pour la Caisse.

La souscription à l’offre est dématérialisée. L’adhésion au produit est possible à travers le portail de la Caisse. Via son compte personnel, l’affilié a la possibilité de réaliser des versements exceptionnels sans plafonnement, de suspendre le prélèvement automatique de ses contributions forfaitaires, exiger la restitution de prélèvements dans un délai de 7 jours, demander le report, la modification ou l’annulation de prochains prélèvements à exécuter.

Le produit offre la possibilité à l’affilié de décider de prendre sa retraite à partir de 50 ans. Concrètement, le versement mensuel de la pension débute le mois suivant le départ à la retraite. Il permet aussi à l’adhérent de choisir le montant de sa contribution mensuelle selon son objectif en termes de pension. Les prélèvements se font automatiquement sur sa carte bancaire.

«Notre vision est de continuer à être la caisse de retraite complémentaire du privé. Si dans le cadre de la réforme de la retraite les pouvoirs publics décident de généraliser ce régime et de le rendre obligatoire, nous serons heureux de jouer ce rôle également», explique Khalid Cheddadi, président-directeur général de la CIMR. Et d’ajouter: «Pour nous, la digitalisation c’est l’avenir. D’ailleurs, 95% de nos prestations sont automatisées, afin de simplifier les procédures, donner de l’autonomie à nos clients».

Ceci dit, Al Moustakbal individuel ne permet pas les rachats en cas d’imprévus ou autres urgences qui pourraient survenir.

 Un niveau de pension faible

En 2016, la CIMR a servi 3,8 milliards de DH de pensions, soit une retraite annuelle moyenne de 23.529 DH (moins de 2.000 DH par mois). Les écarts peuvent être importants selon les affiliés, mais ce niveau moyen de pension reflète la faiblesse des cotisations à la Caisse. Les entreprises souscrivent généralement au régime de base. En fin de carrière, c’est souvent un choc pour les retraités puisque leur pouvoir d’achat subit un gros coup de rabot. En combinant les pensions CIMR et le régime général CNSS qui est plafonné à 4.200 DH, le taux de remplacement est limité.

Jean Modeste KOUAME | Edition N°:5178 Le 28/12/2017 - L'ECONOMISTE