Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Conseils
13
Mar
2018
Othman Benjelloun: "Ni la BMCE ni la RMA ne sont à vendre"

Quelques jours après la vente du pôle assurance de Saham à une compagnie sud-africaine, certaines informations laissent à penser que le groupe détenu par MHE pourrait investir, voire même prendre le contrôle de BMCE Group. Interrogé par Médias24, Othman Benjelloun dément catégoriquement cette "rumeur infondée" et précise qu’il gardera le contrôle de son groupe.

 

 

Médias24: Après la récente vente de Saham Finance, beaucoup s’interrogent sur un éventuel rapprochement entre votre groupe et celui de MHE?

Othman Benjelloun: Vous devez couper court à cette rumeur fictive engendrée par l'événement important qu'a été la récente vente du pôle assurances du groupe Saham.

-Vous avez pourtant récemment fusionné vos organismes respectifs de crédit à la consommation (Salafin et Taslif).

-Il y a quelques semaines, nous avons effectivement réalisé une opération avec la filiale de crédit à la consommation de Saham qui s’appelle Taslif.

A partir de là, les gens ont imaginé que Saham ou MHE allaient prendre possession de notre groupe.

Cette opération s’est faite en connaissance de cause après 2 ans de négociations. Mais je dois préciser que Saham reste minoritaire et que c’est toujours BMCE Group qui dirige Salafin.

 

La dernière opération au niveau du groupe Saham ne change rien à notre position. Dans notre groupe, on ne réalise pas à la légère une opération de cession, sachant que RMA a été créée par mon père avant l’indépendance en 1949.

Tout cela pour dire que je suis et reste à la tête de mon groupe et que je ne céderai à personne le contrôle de la banque ni de l’assurance.

-Vous excluez toute prise de participation de Saham?

-Nous contrôlons la RMA à 67% qui contrôle elle-même la banque. A partir de là, mon groupe n’a nullement l’intention de changer de cap, et il n’y a aucune négociation pour céder le contrôle d’un des deux pôles.

Au contraire, nous faisons tout pour nous renforcer davantage dans la banque et l’assurance.

-Pour faire court, le groupe BMCE n’est pas à vendre?

-Le groupe BMCE est coté en bourse; ce qui veut dire que des actions font l'objet de vente et d'achat. Il y a un pourcentage de flottant qui est mis à la disposition de tous les investisseurs intéressés. Mais pour le contrôle et la gouvernance, rien ne changera.

-La majorité du capital restera donc entre vos mains?

-Absolument, car malgré les spéculations, il n’y a aucune discussion ou négociation à ce sujet ni avec le groupe Saham ni avec d’autres investisseurs.

-Comment expliquer que le cours de la BMCE a pris 6,5% au lendemain de la vente de Saham Assurances?

-Dans le monde entier, la bourse réagit souvent après des informations positives ou négatives. C’est ma seule explication.

-Qui seront les bénéficiaires de l’augmentation de capital réservé que vous avez programmée?

-Comme je l’avais annoncé à Médias24, elle sera discutée en conseil d'administration au cours de ce mois de mars. Sachant que ce mois comporte 31 jours et que nous ne sommes que le 12, il faudra patienter pour voir si ce que je vous ai dit va se confirmer ou pas et connaître les détails de cette opération.

D’ici là, le plus important est de tordre le cou à cette rumeur infondée de prise de contrôle du groupe BMCE.

 

Samir El Ouardighi - 13 mars 2018 -