Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Conseils
08
Oct
2018
Le gouvernement anticipe la faillite de la CNOPS et crée une caisse d’assurance maladie

La crise financière qui a fait couler la Caisse nationale des organismes de prévoyance sociale a fini par convaincre le gouvernement de la remplacer par  une Caisse nationale d’assurance maladie.

Cette fois c’est acté ! Le gouvernement a approuvé un décret transformant la CNOPS en une institution publique. Elle sera rebaptisée  la Caisse marocaine d’assurance maladie, selon Al Akhbar du 8 octobre.

Ce changement intervient à cause d’un déficit du budget de la CNOPS. La caisse enregistre un gouffre énorme entre ses ressources nettes, qui s’élèvent à environ 4,98 milliards de dirhams, et ses dépenses qui dépassent les 5,38 milliards de dirhams, rapporte le quotidien. Dans le détail, le coût du traitement des maladies chroniques à lui seul a atteint 2,2 milliards de dirhams l'an dernier, et le nombre de personnes atteintes de ces maladies, dont les dépenses ont été payées, a été de 190 000 personnes, contre 53 000 il y a quelques années.

Al Akhbar ajoute que le déficit financier de la caisse a atteint 140 millions de dirhams. Mais selon Mustapha El Khalfi, le porte-parole du gouvernement une partie du déficit avait été couverte pour rester dans les 22 millions de dirhams. Les investissements financiers ont amoindri les effets de la crise, selon lui avant d’ajouter: «le système devrait donc être revu afin d'assurer une bonne gouvernance par la création d’un conseil d’administration, comme d’autres institutions publiques».

El Khalfi a souligné que les acquis sociaux ne seraient pas touchés par cette transformation, mais que la possibilité d'augmenter les contributions pour surmonter le déficit reste posée. Le gouvernement devrait proposer au parlement de se pencher sur le sujet lors des prochains mois afin d’élaborer un modèle capable de dépasser la crise, sans affecter les acquis sociaux des fonctionnaires.