Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Conseils
07
Déc
2018
Mme Nadia Fettah (SEM) : Pourquoi Saham Assurance doit rester cotée à la Bourse de Casablanca

SAHAM Finances a désormais un nouvel actionnaire de référence, Sanlam Emerging Markets Ireland Limited, (SEM), qui est en charge des services financiers aux entreprises (assurance-vie, assurance de dommages, crédit, santé, bancassurance et gestion d’actifs), sur les marchés émergents hors Afrique du Sud.

Cette alliance donne naissance à un groupe de services financiers panafricain capable d’offrir une gamme complète de produits à la clientèle des particuliers et des entreprises.

La taille et le rayonnement international de Sanlam constituent des atouts stratégiques considérables lui permettant de développer son portefeuille de clientèle multinationale, consolider son positionnement sur le marché des risques spécialisés, des assurances de personnes et d’être le partenaire de référence des assureurs qui ne disposent pas, à ce jour, de présence en Afrique.

Sanlam Emerging Markets (SEM) est présent dans un grand nombre de pays essentiellement africains mais aussi asiatiques dont le Botswana, le Kenya, le Malawi, le Mozambique, la Namibie, le Nigéria, la Tanzanie, l’Ouganda, la Zambie, le Zimbabwe, le Rwanda, la Malaisie et l’Inde. Et désormais le Maroc, à travers le réseau de SAHAM Finances au Maroc qui porte SAHAM Assurance et SAHAM Assistance.

La stratégie de SEM est de permettre à ses partenaires, en tirant parti de son expertise et de son expérience, et en leur fournissant un large éventail de services et de ressources, d’offrir à leur tour aux consommateurs de leurs pays des solutions financières innovantes. Il vise à assurer une livraison et une croissance durables dans ses différentes activités et, dans le cadre de la vision du groupe Sanlam, s’efforce de mener la création de richesse sur ses marchés.


Mme Nadia Fettah, qui est en charge de l’activité Non-vie de SEM, au niveau de l’ensemble de son territoire d’intervention, a accepté de communiquer sur le deal passé entre les groupes Elalamy et Sanlam.


En effet, au-delà de l’opération de capital, alors que SAHAM Assurance lance une OPA à la bourse de Casablanca, Mme Nadia Fettah nous explique pourquoi le nouvel actionnaire veut la maintenir à la cote casablancaise.

 

La Nouvelle Tribune :
Mme Fettah, l’AMMC vient de valider l’offre publique d’achat de SAHAM Assurance. Qu’attend son nouvel actionnaire de référence, Sanlam Emerging Markets, de cette opération réglementaire ?

Mme Nadia Fettah :

En effet, comme vous le précisez dans votre question, l’OPA de SAHAM Assurance Maroc société cotée en bourse, est réglementaire. Elle s’impose quand une société change de contrôle. Certes, son actionnaire actuel SEM, souhaite que SAHAM Assurance Maroc reste cotée en bourse.

La philosophie du groupe Sanlam, société mère de SEM, consiste à avoir des partenaires locaux forts. Comme déjà communiqué, M. Said Alj, en tant qu’actionnaire de SAHAM Assurance Maroc depuis 2006 à hauteur de 20% et récemment nommé président de son conseil d’administration, a marqué son accord pour rester partenaire de SEM.
Après l’avis de recevabilité de l’AMMC, nous sommes en mesure d’expliquer au marché notre vision et projections pour SAHAM Assurance Maroc.

C’est aussi l’objet de la note d’information qui vient d’être publiée pour documenter le marché et convaincre les porteurs d’acteurs de SAHAM Assurance Maroc, de l’intérêt de continuer à porter les actions de cette dernière.

A travers ces informations, nous tenons à véhiculer un message qui traduit l’ambition certaine de SEM pour le développement de SAHAM Assurance Maroc.
Sachant que SAHAM Assurance Maroc a connu un grand parcours dans son activité, avec une équipe managériale engagée depuis 15 ans et fidèle à l’entreprise.

Par ailleurs, l’apport de son nouvel actionnaire lui permettra de bénéficier d’une expertise et d’un savoir-faire dans une logique très respectueuse de la culture locale !

De plus, nos nouveaux actionnaires ont une culture boursière du fait qu’ils sont cotés en bourse depuis 100 ans et ils pratiquent une réelle politique boursière basée sur un flottant très élevé. De même qu’ils accordent un grand intérêt à une distribution de bénéfices forte et régulière.

 

Quel est le cœur de la transaction réalisée par le groupe de Moulay Hafid Elalamy et le Sud-africain Sanlam ?

Sanlam Emerging Markets a aujourd’hui acquis les 100% du capital de SAHAM Finances. Celle-ci, est actionnaire de 35 compagnies d’assurances et de réassurance dont deux compagnies au Maroc, soit SAHAM Assurance Maroc et SAHAM Assistance.

Suite à cette opération de capital, SEM, via SAHAM Finances, contrôle 58% du capital de SAHAM Assurance Maroc cotée en bourse et plus de 92% de SAHAM Assistance.
Les 32 autres compagnies d’assurance qui appartenaient à SAHAM Finances sont africaines et libanaise, situées essentiellement en Afrique de l’ouest francophone et anglophone. Les compagnies en Angola, qui représente un marché important, au Kenya, au Rwanda et à Madagascar sont aussi passées sous le contrôle de SEM.

En termes de primes, pour SEM, les nouvelles filiales marocaines représentent 45% de son ensemble et 35% en termes de résultats, sachant, par ailleurs, que SAHAM Assurance Maroc doit l’importance de sa taille à ses 60 ans d’existence qu’elle va fêter l’année prochaine.

Et, avec les 33 autres compagnies africaines, le portefeuille cédé par SAHAM Finances pèse 65% de SEM, en termes de résultats.
C’est pourquoi, un important constat s’impose selon lequel SEM réalise ainsi une vraie diversification de son portefeuille à travers l’acquisition de SAHAM Finances.

 

Mme Fettah, pouvez-vous apporter une clarification importante au marché en cette occasion, sur les différentes autorisations exigées pour une opération de cette envergure ?

Nous avons obtenu toutes les autorisations en à peine 6 mois.
La cession de SAHAM Finances à SEM a été signée le 8 mars 2018 et nous avons clôturé la transaction le 10 octobre.

C’est là, un délai qui est dans la moyenne sachant qu’il a fallu obtenir les autorisations dans l’ensemble des pays d’implantation de SAHAM Finances.
Le Maroc est loin d’avoir été le dernier à donner son autorisation et le calendrier a été respecté entre tous les professionnels impliqués dans cette opération, que ça soit les régulateurs, les différents conseillers et les juristes.

Il faut savoir que les autorisations en question passent par des processus complexes parce que l’on est dans des activités très réglementées et qu’elles relèvent de licences dans tous les pays de leur implantation.
En plus, certaines de nos sociétés africaines sont cotées en bourse et soumises aux autorités de régulation de la concurrence.

En quoi consiste la politique de partenariat de SEM ?

Sanlam est cotée à la bourse de Johannesburg où il partage le capital avec un flottant de 40% détenus par des investisseurs internationaux. Sanlam est un groupe qui est centenaire, il connaît tout sur l’assurance, mais pas beaucoup de choses sur le Maroc et la Côte d’Ivoire où nous sommes également installés.

Sanlam a une vraie culture de partenariat pro-active, qui porte sur le maintien des relations avec ses partenaires.
C’est pour cette raison que SAHAM Assurance Maroc reste cotée en bourse est très important pour Sanlam et pour nous aussi.

M. Said Alj, actionnaire de SAHAM Assurance Maroc depuis 2006, compte continuer auprès de Sanlam Emerging Market, comprenant la vraie culture de partenariat pro-active de ce dernier.
Et comme nous l’avons annoncé, il prend la présidence du Conseil d’administration de SAHAM Assurance Maroc.

Que SAHAM Assurance Maroc continue à être cotée devrait répondre à une volonté d’un ancrage local fort de Sanlam Emerging Markets.

Par ailleurs, pour les investisseurs boursiers du groupe Sanlam, que SAHAM Assurance Maroc soit cotée en bourse leur permet de la suivre, eux qui recherchent une exposition des services financiers en Afrique à partir de l’Afrique du Sud.

En effet, si la bourse de Johannesburg est pour eux un hub financier, du fait que le marché financier y est plus profond, plus liquide, plus sophistiqué, la diversification est au centre de leurs intérêts.

Aussi, l’affiliation au groupe Sanlam donnera à SAHAM Assurance Maroc, qui est cotée à la bourse de Casablanca, une visibilité auprès des investisseurs que nous n’avions pas l’occasion de côtoyer auparavant.

Quels sont les liens en termes de capital et d’activité entre Sanlam et SEM ?

Le groupe Sanlam, globalement, ne fait que des services financiers hors banques qui constituent 80 % de son business alors que 20% sont des métiers annexes comme l’asset management pour ses besoins et pour les tiers ainsi que le crédit à la consommation.

Ce qu’il faut retenir c’est qu’il ne fait pas de la banque et ne compte pas changer.
SEM représente 30% du business du groupe. Il a été lancé en 2005 à la même date que la création de SAHAM finances !

Sa création est partie du constat que l’Afrique du Sud a une activité assurance très sophistiquée et très mature avec 12% de taux de pénétration, ce qui est juste extraordinaire.
Par contre, elle connaît des taux de croissance stagnants, voire en récession.

Avec beaucoup d’anticipation, Sanlam a cherché à se diversifier à l’extérieur dans des pays en croissance plus soutenue.
Contrairement à ses concurrents, il n’a pas souhaité se positionner en Europe, ni en Chine.

Son choix de diversification s’est orienté vers l’Afrique de l’Est et l’Afrique australe, avec une position non majoritaire en Inde et en Malaisie où la croissance de l’assurance est importante.
SEM est par ailleurs organisé en deux pôles, Assurance Dommages et Assurance Vie, deux activités différences.

Et donc, à ce titre, je suis personnellement en charge de l’Assurance Dommages de toute l’Afrique, hors Afrique du Sud, quand l’Assurance Vie sera sous une autre responsabilité.

C’est Sanlam qui a exigé, dans le cadre de la transaction, que l’équipe marocaine continue à gérer l’activité Non-Vie, c’est un vrai choix du repreneur qui compte intelligemment sur les équipes et les compétences, marocaines.

De notre côté, nous sommes très contents parce que nous avons été valorisés, c’est une très bonne opportunité pour nous de continuer avec enthousiasme et ambition ce que nous avons démarré il y a 15 ans.

Qu’est-ce que la transaction va apporter à notre pays et aux sociétés objet du deal SAHAM Assurance et SAHAM Assistance ?

Cette transaction vise à garder un centre d’expertise fort des assurances dommages pour attirer les meilleurs talents et constituer un hub pour l’Afrique.

En ce qui concerne les activités, pour SAHAM Assurance Maroc, il faut savoir que Sanlam est un groupe sobre et discret, au nom duquel on ne va pas commencer à faire des promesses.
Nous allons travailler pour être à la hauteur de ses attentes en impactant différemment le marché.

Nos attentes ne vont pas changer et nous resterons à l’écoute de ce dernier et surtout nous n’y imposerons pas des produits d’ailleurs.

Sanlam groupe est centenaire dans les activités d’assurances entre autres, il est évident que l’on ne peut qu’en tirer profit en termes de services et aussi de technicité et de distribution.
Ce sont les vrais sujets notamment sur la partie des assurances dommage.

Nous aurons accès à des experts très pointus sur ces sujets spécialisés, qui sont expérimentés pour avoir développé une expertise dans plusieurs pays différents. Nous en bénéficierons certainement.

Mais il y a également des solutions très smart sur la distribution de produits très accessibles.
Avec Sanlam, on a affaire, d’une part, à un assureur aux standards internationaux à la hauteur d’une réglementation exigeante comme celle à venir, doté d’actuaires qui détiennent les rennes d’un savoir-faire, et d’autre part, à un groupe qui a eu à gérer des problématiques financières pointues, de solutions omni-canal qui donnent un large choix aux clients.
Mais les synergies sont à double sens !

Par exemple, dans l’assurance maladie, qui fait partie du dommage, je vous annonce que nous avons une filiale au Maroc , MCI Maroc, spécialisé dans la gestion pour compte et qui, depuis juin dernier, gère les sinistres du portefeuilles Santé de l’Ouganda, la Zambie, l’Angola et le Cameroun à partir de son siège Avenue Hassan II, à Casablanca.

Nous escomptons contribuer au développement de l’assurance Santé et l’assistance dans tous les pays d’implantation du groupe en Afrique.
Et de façon plus globale, Sanlam offre à ses partenaires 3 points « one stop shop ». Le premier à Paris, le second à Johannesburg et le troisième à Casablanca pour leur permettre d’avoir un seul interlocuteur qui les représente dans tous les pays.

Le Maroc sera ainsi partie prenante de l’assurance en Afrique face à des groupes européens partenaires de Sanlam.

Cette alliance stratégique nous ouvre des portes à l’international, nous donne accès à de la technologie, de l’innovation et de nouveaux services en assurance, ainsi que de l’expertise.
Nous sommes « challengés » par nos concurrents internationaux que l’on se doit de bien connaître et qui sont performants.

Et ainsi donc, SAHAM Assurance restera une compagnie très marocaine, ouverte vers l’international !


Entretien réalisé par Afifa Dassouli - lnt.ma