Trouver un ...




Devis
Devis Automobiles
Voiture
Devis Habitation
Habitation
Devis Sante
Santé
Devis Professionel
Professionnel
Conseils
04
Avr
2019
Rendez-vous de l’Assurance : Mohamed Bensalah expose les nouvelles frontières du secteur et leurs défis

Le Rendez-vous de Casablanca de l’Assurance, organisé par la Fédération Marocaine des Sociétés d’Assurance et de Réassurance (FMSAR), gagne, d’année en année, en taille et en notoriété, et pour sa 6ème édition, organisée les 3 et 4 avril 2019, plus de 1000 participants, venant de 40 pays, ont répondu présent à cet événement maintenant majeur du secteur de l’assurance.

 

Cette année, le thème choisi est « Les nouvelles frontières de l’assurance », qui représente un très vaste éventail de problématiques, depuis la pénétration de nouveaux marchés jusqu’à l’assurance des risques climatiques, en passant par l’innovation produit et les nouvelles formes de régulation, comme l’opinion publique à travers les réseaux sociaux.

 
 

La séance d’ouverture, à laquelle a pris part un parterre fourni d’acteurs du secteur, d’invités de marque, avu également la présence de plusieurs officiels, et notamment M. Mohamed Benchaaboun, Ministre de l’économie et des Finances, ou encore M. Hassan Boubrik, président de l’autorité de régulation du secteur, l’ACAPS.

 

Comme de coutume, c’est le Président de la FMSAR, M. Mohamed Bensalah, qui a prononcé l’allocution d’ouverture.
De ses propos, on retiendra notamment :
« Pour ce nouveau RDV de Casablanca de l’Assurance, nous avons choisi de traiter des nouvelles frontie?res de l’assurance. Nous serons amene?s a? de?crypter et analyser les risques e?mergents qui mettent a? mal les mode?les de couvertures classiques. … Ces risques qui obligent les assureurs a? faire preuve d’inge?niosite? pour les couvrir, sans pour autant se ruer vers l’inconnu.
Les cyber-risques arrivent en te?te des dangers qui guettent les entreprises.

Ces risques ne feront que s’accentuer au fil des mois et des anne?es. Et dans ce monde ultra connecte?, les failles de se?curite? exposent les entreprises, et chacun de nous, aux risques de piratage informatique et au cyber- banditisme.

 

2 exemples re?cents illustrent l’importance de ce risque : En 2018, c’est une grande chai?ne ho?telie?re qui a e?te? la cible de hackers qui ont de?robe? pas moins de 500 000 donne?es personnelles et bancaires de clients. En mai de la me?me anne?e, l’attaque contre Autority of India a de?passe? le milliard de donne?es personnelles pirate?es.

Ces risques nous mettent, nous Assureurs, dans une posture aussi sensible que strate?gique : comment assurer ces risques ? Comment les mode?liser ? Comment les tarifer ? Comment e?valuer les pre?judices subis ? Autant de questions auxquelles nous devons re?pondre, avec le soutien des grands re?assureurs mondiaux.

 

S’il s’agit la? de nouveaux risques, nous sommes aussi confronte?s a? ceux que nous connaissons bien, mais dont la fre?quence et l’intensite? e?voluent : c’est le cas des risques de pande?mie qui s’intensifient avec l’acce?le?ration des flux migratoires, ou encore les risques climatiques, qui se multiplient au rythme du re?chauffement plane?taire.

Après avoir passé en revue la typologie des risques et leur évolution au cours des siècles et décennies passés, le Président de la FMSAR n’a point manqué d’évoquer l’actualité qui prévaut dans le secteur qui, de plus en plus, prend conscience de son africanité, tant en termes d’externalisation des compagnies nationales que de la mise en place d’outils de coopération et de partenariat avec les fédérations amies d’Afrique subsaharienne.

 

C’est ainsi que M. Mohammed Bensalah devait préciser à ce sujet :

« La coope?ration africaine n’est pas, pour notre Fe?de?ration, une volonte?. … C’est bien plus que cela : c’est une priorite? !

Lors des pre?ce?dentes e?ditions de cet e?ve?nement, nous avons signe? d’importants accords de coope?ration avec nos homologues de la Tunisie, la Co?te d’Ivoire, le Se?ne?gal et la Tanzanie. Aujourd’hui, nous donnons une nouvelle dimension a? la coope?ration entre le marche? marocain de l’assurance et celui du Mali.
Sur l’appréciation portée sur l’état du secteur national des assurances, le Président de la FMSAR a souligné :

« Au regard des avance?es re?alise?es au Maroc en matie?re d’assurance, notre marche? peut e?tre conside?re? comme mature et il a encore un bel avenir devant lui, tant les besoins de couverture restent importants. Notre plus grand de?fi consistera a? sortir des sche?mas classiques pour adresser les besoins de nos concitoyens les moins favorise?s, et qui sont en marge de toute couverture, si ce n’est le RAMED ».

Enfin sur la question du différend entre les courtiers et les compagnies, largement porté sur la place publique aujourd’hui, M. Bensalah a voulu apaiser les tensions :
« Je profite de cet évènement pour pre?ciser officiellement que le dialogue avec les repre?sentants des agents et des courtiers ne s’est jamais arre?te? de notre co?te?.

Les portes de notre Fe?de?ration vous sont toujours ouvertes. En revanche, nous sommes convaincus que nos e?changes seront plus efficaces, si nous avions affaire a? une seule entite? qui repre?sente nos chers agents et courtiers. J’invite solennellement la FNACAM et l’UMAC a? se rapprocher pour donner naissance a? une entite? unique et forte, en mesure d’accompagner efficacement l’essor des interme?diaires en assurances, notamment face aux challenges qui les attendent ».

A la suite de cette intervention inaugurale, la parole fut donnée au Ministre des Finances, M. Mohamed Benchaaboun qui a notamment déclaré : » « La pérennité de cet événement témoigne de la pertinence de ses travaux », a déclaré pour sa part M. Mohamed Benchaaboun, ministre de l’Économie et des Finances, qui s’est félicité de « l’extension du secteur de l’assurance pour couvrir des pans entiers de l’économie ».

Selon le ministre, les trois grands défis auxquels font face les assureurs sont la pression démographique (avec la hausse du risque de dépendance), l’ancrage au numérique, source de risques mais aussi d’opportunités, et le changement climatique, dont l’ampleur des risques appelle à la création de nouveaux produits et nouvelles pratiques, comme l’assurance paramétrique.

Quant à M. Hassan Boubrik, Président de l’Autorité de Contrôle des Assurances et de la Prévoyance Sociale, ACAPS, il n’a point manqué de souligner la nécessité de fédérer les efforts des représentants des différents acteurs du secteur, pour une coopération pleinement productive.

Plusieurs autres communications et la signature d’une convention de partenariat entre la FMSAR et son homologue du Mali ont également marqué cette cérémonie inaugurale des Rendez-vous de l’Assurance, édition 2019.

Nous ne manquerons pas de revenir sur les travaux de cette manifestation phare de la FMSAR.

Afifa Dassouli - 3 AVRIL 2019 - LNT.ma