Takaful : enfin le vrai départ ?

Attendu depuis plusieurs années, Takaful devrait être déployé dans les prochains jours. Dans un premier temps, l’offre sera adossée aux prêts participatifs avant d’être progressivement élargie à d’autres besoins. Le modèle de l’assurance islamique est assez proche de celui de la mutuelle. L’opérateur Takaful est le gestionnaire d’un fonds auquel contribue chaque assuré (participant). Sa rémunération est fixée dans un contrat de gestion. Il s’y engage aussi à distribuer la totalité des bénéfices techniques aux assurés. 

Cette fois-ci devrait être la bonne. Après plusieurs années d’attente, Takaful sera déployé dans les prochains jours, selon plusieurs opérateurs. C’est une pièce importante qui se rajoute sur l’échiquier de la finance participative. Dans l’immédiat, son déploiement va permettre d’assurer l’encours des financements déjà octroyés par les banques et fenêtres participatives.

Ces dernières n’ont pas attendu la disponibilité d’une assurance décès invalidité islamique pour démarrer la commercialisation de leurs offres. L’encours des financements a atteint 20,5 milliards à fin mars 2022. A la souscription, les clients se sont engagés à contracter une assurance dès qu’elle sera disponible.

Dans un premier temps, l’offre des opérateurs Takaful sera principalement adossée aux financements participatifs. Le marché va progressivement développer des solutions d’épargne et d’autres produits de couverture. Sur un horizon de cinq ans, le potentiel du marché est estimé à 1 MMDH. Au-delà de l’activité assurantielle, il faudra un marché des capitaux «Charia compatible» pour investir les fonds collectés.

La totalité des bénéfices techniques reversée aux assurés
Le principe général de l’assurance est le transfert de risque de l’assuré vers l’assureur via le paiement d’une prime. Le modèle Takaful est basé sur les principes d’assistance générale et de contribution volontaire. Il est ainsi créé un fonds auquel contribue chaque assuré (appelé participant). Le risque est mutualisé collectivement et volontairement par les participants.

La compagnie Takaful gère le fonds moyennant une rémunération, plafonnée à 30% des contributions (primes), pour couvrir les charges techniques et les frais de gestion. Compte tenu des investissements liés au démarrage de l’activité, le taux de rémunération devrait se situer au niveau plafond avant de baisser progressivement, prévoit un professionnel. Par ailleurs, dans le contrat de gestion, les opérateurs Takaful s’engagent à distribuer la totalité des bénéfices techniques aux assurés.

Certification de la force de vente
Comme pour toute nouvelle activité, la communication et la vulgarisation seront essentielles pour assurer la pénétration de l’assurance islamique. Il faudra pour cela des ressources de qualité notamment. Pour la distribution des produits Takaful, l’Autorité de contrôle des assurances et de la prévoyance sociale (ACAPS) exige une formation certifiante de 24 heures de la force de vente. Cette obligation pourrait être élargie à l’assurance conventionnelle, pour prévenir de nombreux litiges.

Franck Fagnon / Les Inspirations ÉCO – 12/05/2022

LesEco.ma
Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous Article

CIMR : la Caisse affiche une forme d’enfer 

Next Article

Retraite Globale : Seule 43% de la population est couverte, l'urgence d'une réforme

Related Posts