Assurance Takaful : Le chaînon manquant de la finance islamique.

Attendue depuis des années par les banques participatives qui se plaignent constamment de l’absence de ce chaînon financier incontournable, l’assurance Takaful est appelée à dynamiser les marchés financiers marocains avec l’arrivée de nouvelles compagnies aux ambitions financières importantes.

Malgré le contexte économique peu favorable et l’absence du volet lié à l’assurance, les banques participatives connaissent pourtant un engouement perceptible chez les Marocains. En mars 2022, ces institutions, dont le lancement avait été controversé, ont distribué des crédits qui frôlent 20 milliards de dirhams, dont plus de 17 milliards sont allés au secteur immobilier. Beaucoup d’experts pensent que cet engouement va probablement s’accélérer avec les agréments que vient d’accorder l’Autorité de contrôle des assurances (ACAPS) qui dépend du ministère des Finances.

Parmi les nouvelles structures récemment autorisées, il y a Takafulia Assurances, créée par le groupe Holmarcom, qui s’est associé à trois autres partenaires marocains et étrangers, dont CIH Bank et deux banques du Qatar. La nouvelle compagnie a lancé officiellement ses activités avec une offre immédiate, Takaful Famille et Takaful Général. Takafulia Assurances compte développer une offre d’assurance diversifiée, conforme aux principes de la Charia.

Gestion du fonds d’assurance

La compagnie ambitionne de contribuer activement au développement de l’assurance Takaful au Maroc et plus globalement au développement de l’écosystème national de la finance participative. L’autorité de contrôle des assurances vient également de publier une circulaire qui institue le nouveau régime de l’assurance islamique. Le premier chapitre de cette circulaire est consacré au contrat d’assurance Takaful et au règlement de gestion du fonds d’assurance Takaful. Le deuxième chapitre porte, quant à lui, sur les compagnies d’assurances et de réassurance Takaful. Il fixe notamment le régime administratif de ces entreprises ainsi que le système financier du fonds d’assurance Takaful, et régit également les entreprises qui pratiquent exclusivement les opérations de réassurance ainsi que leur système de gouvernance. La présentation des opérations d’assurance Takaful est couverte par le 3ème chapitre.

Au plan financier, les compagnies Takaful vont apporter du cash neuf au marché des capitaux. L’assurance Takaful est en effet organisée à l’image du secteur de la gestion d’actifs. Ainsi, dans le Takaful, il y a une distinction entre les fonds Takaful et la compagnie Takaful. La circulaire montre que l’univers de placement des fonds Takaful est plutôt restreint, ce qui est moins le cas pour les réserves techniques des compagnies. Le fonds Takaful peut détenir plusieurs classes d’actifs. On peut citer à titre d’exemple les biens immobiliers bâtis dans les périmètres urbains.

Mais chacun de ces types de placement ne doit pas dépasser 10% des placements du fonds. Le fonds peut également détenir des certificats Sukuk, qui s’identifient comme des actions cotées en Bourse après avis du Conseil supérieur des oulémas, des certificats d’investissements auprès de banques participatives et les placements monétaires auprès de ces banques. Quant aux réserves techniques des compagnies, elles sont variées. Il s’agit tout d’abord des Sukuk souverains, des avances sur les contrats de la branche vie et autres participations au Fonds de solidarité des assurances. Ces actifs permettent aux compagnies de faire face à leurs engagements financiers.

Maroc Hebdo 13-juin-2022

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous Article

Innovation: Une assurance crypto lancée par une startup londonienne

Next Article

Déjà 11 millions de travailleurs non-salariés, et leur ayant-droit, avec une assurance maladie.

Related Posts