Assurances: La sinistralité augmente … est-ce normal ?

Le ratio de sinistralité S/P (le rapport entre le montant des sinistres et celui des cotisations encaissées sur un même contrat d’assurance) des compagnies marocaines a augmenté de 6,5% pour atteindre 69% en 2021 (Source ACAPS de son dernier rapport sur la stabilité financière).

Qui dit reprise de l’activité économique, dit reprise des sinistres. D’ailleurs les chiffres dévoilés la semaine dernière montrent que le S/P se rapproche de son niveau d’avant la crise. Alors qu’avait été noté une forte baisse en 2020.

Selon le régulateur, l’augmentation de la sinistralité concerne une grande partie des catégories non-vie. Il s’agit notamment de l’assurance automobile avec un S/P établi à 67,3%. Alors qu’il y avait eu une baisse importante suite au confinement décrété en 2020.De même pour les catégories « Accidents corporels – Maladie – maternité » et « Accidents du travail et maladies professionnelles », le ratio de sinistralité a rebondi pour atteindre respectivement 87,7% et 80,6%.

Pour sa part, le ratio combiné non-vie, qui mesure la performance technique, chargements compris, augmente de 4,3 points pour atteindre 101,1%.

Reprise de la collecte nette

Bien entendu, la reprise économique profite également à l’épargne qui, somme toute, n’a été que faiblement impactée pendant le confinement.

Ainsi, avec une collecte nette de 8,5 milliards de dirhams et une progression de 8%, l’assurance épargne s’est redressée. Elle tire profit de l’amélioration de la capacité de l’épargne des ménages. Cette progression a concerné aussi bien l’épargne en dirhams que les supports en unités de compte, pour atteindre respectivement 7,2 milliards de dirhams (+6,3%) et 1,3 milliard de dirhams (+18,5%).

Signalons enfin que le taux de la marge de solvabilité reste largement au-dessus du niveau réglementaire. Sous le référentiel prudentiel actuel, cette marge n’intègre que le risque de souscription. Elle sera amenée à diminuer après l’adoption du régime de Solvabilité Basée sur les Risques. Ce dernier couvre une palette plus large de risques auxquels est exposé le secteur des assurances.

François Olivier Edime – 212assurances – 03 août 2022

Total
1
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous Article

Assurances au Maroc: Une solidité qui n'est plus à démontrer

Next Article

Assurances: Radioscopie de la performance 2021

Related Posts