Assurances: Les compagnies bousculées par les constructeurs automobiles

Le constructeur automobile Porsche lance son propre produit d’assurance au Canada, symptôme d’une mutation lente mais profonde du secteur.

Au Canada, les clients de Porsche peuvent, chez le concessionnaire, choisir la couleur, la puissance et, depuis peu, la police d’assurance de leur véhicule. Et si vous pensez que c’est un phénomène isolé, détrompez-vous !

Une tendance mondiale

La tendance est lancée un peu partout dans le monde et chez des constructeurs d’horizons différents. Des outsiders comme Tesla, aux vieilles maisons comme Mercédès, en passant par les ultra-conservateurs de Toyota, tous les constructeurs s’y mettent. Cela leur permet de contrôler la relation client sur toute la chaîne de valeur tout en récoltant de la data ô combien précieuse sur les habitudes de conduite des usagers.

Au Maroc, des partenariats poussés

Dans le Royaume, difficile de voir venir ce type d’offres dans un avenir proche. D’abord la réglementation peut opérer comme barrière à l’entrée puisque les constructeurs doivent demander des agréments qui sont contraignants en matière de conformité. Mais il y aussi la profondeur du marché qui réduit l’avantage compétitif d’opérateurs ultraspécialisés. Rappelons-ici que le marché du neuf représente (seulement) quelques dizaines de milliers de véhicules annuellement au Maroc.

En revanche, les distributeurs cherchent à se rapprocher des compagnies et vice-versa, pour offrir des solutions clé en main aux clients. C’est par exemple le cas pour Hyundai Maroc qui a signé un partenariat avec AXA Assurance Maroc. Cela rend les polices d’assurance disponibles directement à l’achat du véhicule, et fait donc gagner du temps aux clients.

En plus de faciliter la vie aux acquéreurs de véhicules, ce type de partenariats sert de benchmark aux compagnies d’assurance. Elles peuvent ainsi faire valoir leurs avantages compétitifs aux constructeurs dans le cadre de partenariats plus poussés au niveau mondial ou régional.

François Olivier Edime – 212assurances – 14 juillet 2022

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Previous Article

Assurance à la demande: Et si nous ne payions que ce que nous consommons … (Partie II)

Next Article

Assurances au Maroc: Résilience confirmée et bonne forme retrouvée

Related Posts